Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

40 minutes pour l’implantation d’une valve aortique à Marseille

Des interventions innovantes de plus en plus rapides. En cardiologie interventionnelle*, il ne faut désormais que 40 minutes aux équipes de Marseille pour implanter une valve sur un patient souffrant d'un rétrécissement de l'aorte. Et qui dit intervention courte dit aussi risques réduits, hospitalisation abrégée et patient satisfait de regagner son domicile en moins d’une semaine. Cette opération, désormais pratiquée en routine, doit son efficience au perfectionnement du matériel et des techniques et à la collaboration renforcée entre les équipes. Les bénéfices de cette avancée viennent d'être démontrés...

Des interventions innovantes de plus en plus rapides. En cardiologie interventionnelle*, il ne faut désormais que 40 minutes aux équipes de Marseille pour implanter une valve sur un patient souffrant d’un rétrécissement de l’aorte. Et qui dit intervention courte dit aussi risques réduits, hospitalisation abrégée et patient satisfait de regagner son domicile en moins d’une semaine. Cette opération, désormais pratiquée en routine, doit son efficience au perfectionnement du matériel et des techniques et à la collaboration renforcée entre les équipes. Les bénéfices de cette avancée viennent d’être démontrés…
Dans une étude récemment publiée par la prestigieuse revue américaine « Journal of the American College of Cardiology : Cardiovascular interventions », le Pr Thomas Cuisset et le Dr Pierre Deharo** mettent en évidence l’intérêt d’une procédure simplifiée dans l’implantation de valves aortiques pour rétrécissement aortique par rapport à une approche conventionnelle. L’évaluation qui s’est basée sur le registre FRANCE-TAVI a été conduite sur plus de 6 000 patients. 
sultat : le DIRECT TAVI permet une intervention plus légère, avec une moindre exposition du patient aux produits de contraste et aux rayons, mais également l’obtention de meilleurs résultats avec moins de fuite sur la valve et moins de complications à type d’épanchement péricardique 
Explications
Lorsqu’un rétrécissement calcifié de l’aorte est constaté, provoquant des symptômes invalidants et potentiellement graves, l’implantation d’une valve aortique peut s’avérer indispensable. L’intervention classique se pratique sous anesthésie générale avec ouverture du thorax, arrêt momentané du cœur et mise en place d’une circulation extra-corporelle. Actuellement en pleine expansion, une autre technique par voie percutanée (en passant par l’artère fémorale, sans incision chirurgicale) a été élaborée : le TAVI (Transcatheter Aortic Valve Implantation).
Grâce à une collaboration étroite entre les services de cardiologie interventionnelle et de Chirurgie Cardio-thoracique, le TAVI est pratiqué avec succès depuis 10 ans à la Timone, le plus souvent sous anesthésie loco-régionale avec l’implication des équipes d’anesthésie et de réanimation.  
* service de cardiologie et maladies coronaires du Pr Jean-Louis Bonnet 
 
** Impact of Direct TAVR Without Balloon Aortic Valvuloplasty on Procedural and Clinical Outcomes: Insights From the FRANCE TAVI Registry. JACC Cardiovasc Interv. 2018 Sep 6. pii: S1936-8798(18)31350-5. doi:10.1016/j.jcin.2018.06.023. [Epub ahead of print]

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.