Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accélérer la recherche par un accès performant aux images médicales

Effectuer des recherches multicritères sur une archive d’images médicales numériques, appelée PACS (Picture Archiving and Communication System), en extraire les séries d’images pertinentes pour les chercheurs et les acheminer vers des logiciels de quantification. Tel est le service apporté par la solution logicielle Radiomics Enabler® mise au point par la start-up toulousaine MEDEXPRIM en partenariat avec le CHU de Toulouse.

Effectuer des recherches multicritères sur une archive d’images médicales numériques, appelée PACS (Picture Archiving and Communication System), en extraire les séries d’images pertinentes pour les chercheurs et les acheminer vers des logiciels de quantification. Tel est le service apporté par la solution logicielle Radiomics Enabler® mise au point par la start-up toulousaine MEDEXPRIM en partenariat avec le CHU de Toulouse.
Grâce à l’accès facilité aux données quantifiées que les chercheurs croisent avec d’autres informations médicales (comptes-rendus hospitaliers, analyses génétiques, résultats de laboratoire etc.), les équipes parviennent à mieux comprendre les mécanismes de développement de certaines pathologies, en déduire des modèles prédictifs de réponse à des traitements et concevoir de nouveaux types d’études épidémiologiques et de pharmacovigilance.
Une solution d’ores et déjà opérationnelle
Un premier prototype a été co-développé et déployé dans le service de médecine nucléaire du CHU de Toulouse, avec la contribution d’un élève ingénieur de l’école ISIS (Informatique et Systèmes d’Information pour la Santé) à Castres. Le Professeur Pierre Payoux, chef du service toulousain témoigne : « Nous conduisons actuellement sur Toulouse une étude sur les troubles de la marche d’origine neurologique. Grâce à notre collaboration avec Medexprim, nous avons économisé plusieurs mois de travail. L’extraction en batch depuis notre PACS de plusieurs milliers d’images et l’acheminement vers notre station de quantification spécialisée se fait désormais en quelques heures et de façon automatique ».

La solution doit être déployée prochainement dans les autres services d’imagerie. Le Professeur Nicolas Sans, chef du pôle d’imagerie précise : « Radiomics Enabler® nous ouvre de nouvelles perspectives dans la façon dont nous conduisons nos recherches. Le CHU de Toulouse compte plusieurs millions d’examens d’imagerie qui représentent une mine d’informations désormais exploitable. »
La collaboration avec l’école ISIS se poursuit et permettra de diffuser prochainement l’application dans d’autres établissements de santé.
Un partenariat gagnant-gagnant
 « Le CHU apporte son expertise médicale et bénéficie en retour du support de Medexprim et des évolutions logicielles. » résume Philippe Boulogne, Directeur du Système d’Information et de l’Organisation du CHU de Toulouse
A propos de Medexprim
La société Medexprim, créée en 2015, accompagne les établissements de santé dans l’utilisation secondaire de leurs examens d’imagerie médicale pour la recherche, ainsi que les promoteurs d’études souhaitant réaliser des études observationnelles rétrospectives en imagerie. Cette start-up, soutenue par TBSeeds, l’incubateur pédagogique de Toulouse Business School, ambitionne une diffusion large et mondiale de son logiciel Radiomics Enabler®, pour lequel elle fournit un support professionnel, notamment au travers d’un réseau de partenaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”