Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Le CHU de Poitiers a placé son fonds de dotation sous la protection d'Aliénor en référence à l'énergique Duchesse d'Aquitaine qui fut deux fois reine en France et en Angleterre. Lancé en janvier 2016, le fonds de dotation Aliénor est destiné à participer au financement de la recherche et de l'innovation en santé et à faciliter le transfert des découvertes de la recherche fondamentale aux applications cliniques.

Le CHU de Poitiers a placé son fonds de dotation sous la protection d’Aliénor en référence à l’énergique Duchesse d’Aquitaine qui fut deux fois reine en France et en Angleterre. Lancé en janvier 2016, le fonds de dotation Aliénor est destiné à participer au financement de la recherche et de l’innovation en santé et à faciliter le transfert des découvertes de la recherche fondamentale aux applications cliniques.
Le  fonds Aliénor interviendra aussi dans la promotion des innovations technologiques biomédicales par le biais d’acquisition de matériels de recherche mis au service de toute la communauté des chercheurs et des cliniciens du CHU de Poitiers.
Le fonds Aliénor bénéficie du régime fiscal applicable aux organismes sans but lucratif. Il est donc exonéré des impôts commerciaux (impôt sur les sociétés de droit commun, taxe professionnelle et taxe sur la valeur ajoutée) au titre de ses activités économiques dès lors qu’il s’agit d’activités non lucratives au sens du code général des impôts. Les dons consentis au fonds Aliénor ouvrent droit au régime du mécénat et peuvent donc générer des réductions d’impôts.
Réduction d’impôt sur les revenus 
Particuliers : 66% du montant des dons dans la limite de 20% du montant imposable (article 200 du code général des impôts).
Entreprises et sociétés : 60% du montant des versements dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires (article 238 bisdu code général des impôts).
Les dons et legs consentis au profit d’un fonds de dotation sont en principe totalement exonérés de droits de mutation à titre gratuit (article 795-14° du code général des impôts).
Adresse
Fonds Aliénor
CHU de Poitiers
2 rue de la Milétrie 
CS 90577 
86021 Poitiers
href= »mailto:alienor@chu-poitiers.fr »
Tel : 05 49 44 43 33

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.