Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Alzheimer : des troubles décelables 10 ans avant le diagnostic

Les conclusions d'une étude d'épidémiologie prospective de la maladie d'Alzheimer, conçue, initiée et dirigée par le Pr Jean-François Dartigues, service de neurologie du pôle neurosciences cliniques du CHU de Bordeaux coordonné par le Pr Jean-Marc Orgogozo, viennent d'être publiées dans la revue spécialisée américaine «Annals of Neurology». Elles révèlent, en première mondiale, que les troubles sont décelables dix ans avant le diagnostic Alzheimer.

Les conclusions d’une étude d’épidémiologie prospective de la maladie d’Alzheimer, conçue, initiée et dirigée par le Pr Jean-François Dartigues, service de neurologie du pôle neurosciences cliniques du CHU de Bordeaux coordonné par le Pr Jean-Marc Orgogozo, viennent d’être publiées dans la revue spécialisée américaine «Annals of Neurology». Elles révèlent, en première mondiale, que les troubles sont décelables dix ans avant le diagnostic Alzheimer.

Cette étude, initiée en 1986, est la plus ancienne de ce type dans le monde. Elle a été menée sur une population de 3800 personnes (sujets normaux) de 65 ans et plus, vivant en Gironde et Dordogne, suivies à domicile depuis 1989 tous les 1 à 3 ans.

Plusieurs variables ont été étudiées
1.test simple des fonctions intellectuelles globales
2.test de mémorisation visuelle explorant la mémoire de travail
3.évocation de mots sur commande explorant le stock verbal et la fonction exécutive
4.mesure des capacités conceptuelles
5.plaintes cognitives, notamment pour la perte de mémoire
6.symptômes dépressifs exprimés
7.difficultés dans la réalisation de 4 activités non-routinières de la vie quotidienne

Résultats
– les 4 tests neuropsychologiques (variables 1->4) commencent à décliner, significativement par comparaison aux sujets qui ne sont pas devenus déments, 10 A 13 ANS avant le diagnostic de MA;
– les plaintes mnésiques et les sentiments dépressifs (5-6) sont exprimés 8 A 10 ANS avant le diagnostic et les difficultés à réaliser des tâches un peu complexes (téléphoner, utiliser les transports, gérer les médicaments, utiliser l’argent) 5,5 A 6,5 ANS avant le diagnostic.

Cette étude est la première démonstration convaincante de la longue progression silencieuse avant le diagnostic avéré de maladie d’Alzheimer.
Bien avant la période d’accélération rapide du déclin des fonctions intellectuelles qui dure 2 à 3 ans avant le diagnostic avéré de maladie d’Alzheimer, l’émergence des différents troubles décrits se manifeste 6 à 12 ans en moyenne avant le diagnostic, c’est-à-dire 3 à 9 ans avant ce que l’on arrive à détecter aujourd’hui dans les centres spécialisés.

Traitement et perspectives
Il n’y a pas encore de traitement capable de bloquer ni de ralentir significativement l’évolution de la Maladie d’Alzheimer mais un certain nombre d’innovations thérapeutiques (vaccins anti-amyloide et autres) sont à un stade avancé de développement. Beaucoup d’équipes travaillent, pour permettre l’émergence de cette nouvelle ère thérapeutique, à la mise au point de marqueurs biologiques ou d’imagerie cérébrale qui permettraient un diagnostic le plus précoce possible (comme le sérodiagnostic d’infection à HIV longtemps avant le diagnostic de SIDA). Les résultats présentés dans l’article publié suggèrent que le diagnostic précoce de maladie d’Alzheimer serait possible jusqu’à plus de 10 ans avant le début du stade de démence.

« Dès qu’un test fiable de dépistage de la MA sera validé, peut-être dans les 2-3 ans qui viennent vu les moyens mis par les états, les laboratoires de recherche et les sociétés spécialisées, on pourra passer aux essais thérapeutiques dans la maladie d’Alzheimer “asymptomatique”, avant le stade irréversible et lourd de conséquences familiales, sociales et budgétaires de la démence avérée. » Pr Jean-François Dartigues, PUPH au service de neurologie du CHU de Bordeaux.

« Traiter à un stade plus précoce pourrait augmenter les chances de succès. En outre ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer a beaucoup plus de chances d’avoir un impact majeur en santé publique au stade pré-démentiel (du fait de l’espérance de vie courte de cette population très âgée) qu’au stade de démence avérée où les déficits cognitifs et fonctionnels sont déjà lourds de conséquences. » Pr Jean-Marc Orgogozo, neurologue, responsable du pôle neurosciences cliniques du CHU de Bordeaux.

Prise en charge de la maladie d’Alzheimer au CHU de Bordeaux : Des consultations mémoire à Pellegrin et à l’Hôpital Xavier Arnozan

Le Centre de Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) d’Aquitaine implanté au CHU de Bordeaux a été labellisé par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation (ARH) en 2002 lors de la création des 13 premiers CMRR de France. Le Pr Jean François Dartigues, neurologue, est coordonnateur du CMRR et le Pr Muriel Rainfray, gériatre, est coordonnateur adjoint.

Consultation Mémoire : données quantitatives et qualitatives par site (2007)
Au CHU de Bordeaux, le CMRR est implanté sur deux sites :
– l’un plus spécifiquement neurologique, dirigé par Jean-François Dartigues, est situé dans le pôle de neurosciences cliniques du Groupe Hospitalier Pellegrin,
– l’autre plus spécifiquement gériatrique, dirigé par Muriel Rainfray, est situé dans le pôle de gérontologie clinique du Groupe Hospitalier Sud (à l’Hôpital Xavier Arnozan).

Pôle neurosciences cliniques du groupe Hospitalier Pellegrin
– 799 patients ont été vus au moins une fois à la consultation mémoire (dont 389 nouveaux patients).
– La moyenne d’âge est de 73,4 ans. 17,7% ont 60 ans et moins, 22,6% ont entre 61 et 70 ans, 39,1% ont entre 71 et 80 ans et 20,7% ont 80 ans et plus.
– Les démences représentent le diagnostic le plus souvent porté avec 59,3% des cas. La maladie d’Alzheimer est la cause la plus fréquente avec 40,9% des cas.

Pôle gérontologie clinique du groupe Hospitalier Sud (Hôpital Xavier Arnozan)
– Le pôle accueille chaque année 750 patients dont plus de 200 nouveaux.
– La moyenne d’âge des patients est de 83 ans et leur suivi de plusieurs années y compris quand ils sont entrés en institution.
– Des réunions pour les familles dans le cadre de l’aide aux aidants sont mises en place et animées par les médecins, les assistantes sociales et les psychologues. Un suivi personnalisé des patients et de leurs familles est assuré par la consultation mémoire, notamment en cas de « crise familiale ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”