Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Analyse du mouvement : le laboratoire nantais labellisé

Opérationnel depuis 2010, le laboratoire d’analyse du mouvement du CHU de Nantes vient d’obtenir une labellisation qui valide la qualité technique et clinique de son expertise.

Opérationnel depuis 2010, le laboratoire d’analyse du mouvement du CHU de Nantes vient d’obtenir une labellisation qui valide la qualité technique et clinique de son expertise.

Fin 2008, le CHU a installé un laboratoire d’analyse du mouvement à l’hôpital Saint-Jacques dans le pôle de médecine physique et réadaptation fonctionnelle. Ce laboratoire réalise une analyse quantifiée de la marche pour identifier les dysfonctionnements de l’appareil locomoteur. Plusieurs mesures (positions 3D, activités musculaires) sont fusionnées et doivent être cliniquement interprétées.
D’abord expérimenté avec des sujets sains début avril 2009, cet examen a été étendu aux patients début juin 2009 avec une montée en charge progressive pendant l’année 2010.
À la demande du laboratoire, l’examen « analyse quantifiée de la marche » réalisé au CHU de Nantes a été évalué et labellisé par les membres de la société savante « European Society of Mouvement Analysis for Adults and Children » lors de son congrès annuel (Vienne, Autriche, 15 au 17 septembre 2011). Cette labellisation obtenue a jugé de la qualité de l’examen, aussi bien du point de vue technique que clinique, soulignant la rigueur dans l’acquisition et le traitement des mesures, associée à une pertinence des interprétations cliniques proposées.

Le laboratoire d’analyse du mouvement du CHU de Nantes fait désormais partie des trois laboratoires français labellisés. Au cours de ce même congrès, le laboratoire de l’hôpital Morvan de Brest (service médecine et réadaptation) a également été évalué. Il travaille en étroite collaboration avec son homologue du CHU de Nantes et participe aux staffs mensuels organisés par visioconférence sur l’analyse quantifiée de la marche.

L’analyse de la marche vise à :
• identifier les défauts de marche en comparaison à une marche saine;
• aider au choix du traitement le plus adapté (chirurgie, orthèse, injection…);
• suivre les évolutions de la marche soumise à un traitement thérapeutique.

Pour en savoir plus

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.