Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Art thérapie à l’hôpital gériatrique

L'art vecteur de communication et de resocialisation : A l'Hôpital gériatrique Louis Pasteur, les moyens artistiques sont utilisés à des fins thérapeutiques, pour un bien-être, un mieux-être et une acceptation de soi. Depuis 2001, patients et résidents trouvent dans les ateliers d'art thérapie l'accompagnement qui les aidera à affirmer leur identité. Dans cet espace en marge de la vie hospitalière, ils s'expriment, choisissent, s'épanouissent en redonnant sens à leur existence. Laurence Fort, artiste peintre et art thérapeute, encadre sept ateliers par semaine, en unité de long séjour et en Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).

L’art vecteur de communication et de resocialisation : A l’Hôpital gériatrique Louis Pasteur, les moyens artistiques sont utilisés à des fins thérapeutiques, pour un bien-être, un mieux-être et une acceptation de soi. Depuis 2001, patients et résidents trouvent dans les ateliers d’art thérapie l’accompagnement qui les aidera à affirmer leur identité. Dans cet espace en marge de la vie hospitalière, ils s’expriment, choisissent, s’épanouissent en redonnant sens à leur existence. Laurence Fort, artiste peintre et art thérapeute, encadre sept ateliers par semaine, en unité de long séjour et en Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).

En reprenant confiance en elle, la personne âgée manifeste des envies. En s’inscrivant dans le désir, l’individu restaure l’image de soi, éprouve du plaisir et de la satisfaction par l’image créée de ses mains. L’atelier se déroule dans un cadre thérapeutique qui est contenant, rassurant et organisé, afin que la personne se sente en sécurité.

Une personne âgée fragilisée est souvent tributaire d’un sentiment d’inutilité, d’impuissance ou de faiblesse, créer c’est prendre le temps d’une réconciliation avec soi-même, ici et maintenant, ce qui nécessite une prise d’autonomie.

Témoignages

Mme P. a découvert la peinture et manifeste des envies. Elle se transforme : triste et renfermée, elle devient plus ouverte. La création lui a donné le goût de vivre, un sentiment de valorisation, elle est plus coquette et son image corporelle a changé.

Mme T. a commencé la peinture en 2001 avec le début des ateliers. Elle s’est véritablement ouverte à l’expérience de la création : elle devient alors capable d’être à l’écoute d’elle-même et exprime ses choix au quotidien. Créer c’est se créer.

Prendre soin de la personne âgée dans une relation d’être humain à être humain, c’est tisser des liens dans le respect et la dignité de la personne.

Contact
Philippe Cogny, animateur à l’hôpital gériatrique Louis Pasteur – Tel : 05 49 44 43 75

Laurence Fort, artiste peintre, art thérapeute – Formation INECAT Paris, J.P.Klein
Tel : 06 83 29 59 00

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”