Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Bocage central : mise en service progressive du nouvel hôpital

Il aura fallu 20 ans pour mûrir le projet du nouvel hôpital et seulement 4 ans pour que « Bocage central » soit livré avec ses 25 salles d'opération, ses 40 lits de surveillance post-interventionnelle et son plateau d'imagerie high tech, son secteur urgences et sa réanimation étendue. Dans deux ans l'ensemble des activités de court séjour (592 lits) et le plateau technique seront réunis sur le site. Venus par milliers aux journées portes ouvertes organisées en octobre 2010, les bourguignons ont pu apprécier le haut niveau d'offre de soins proposés à Bocage Central.

Il aura fallu 20 ans pour mûrir le projet du nouvel hôpital et seulement 4 ans pour que « Bocage central » soit livré avec ses 25 salles d’opération, ses 40 lits de surveillance post-interventionnelle, son plateau d’imagerie high tech, son secteur urgences et sa réanimation étendue. Dans deux ans l’ensemble des activités de court séjour (592 lits) et le plateau technique seront réunis sur le site. Venus par milliers aux journées portes ouvertes organisées en octobre 2010, les bourguignons ont pu apprécier le haut niveau d’offre de soins de Bocage Central.
le nouveau Bocage Central, un établissement de 592 lits
Les premiers patients ont été accueillis et les ballets entre les anciens bâtiments et le nouveau Bocage Central vont durer 2 mois. Au total, une cinquantaine d’unités, des centaines de patients et de personnels ainsi que tout le mobilier et les équipements (à raison de 350m3 par jour) vont occuper les 80 000 m² du nouveau bâtiment.

Les matériaux pérennes : verre, béton, zinc, participent à une architecture de qualité
Visite guidée du nouveau site
Bocage Central comporte 8 niveaux, dont 4 niveaux d’hospitalisation consacrés aux services regroupés en pôles médicaux, médico-techniques et médicaux-chirurgicaux (hospitalisations, consultations externes, plateaux techniques spécialisés, réanimation médicale), et une hélistation en toiture.
Les niveaux bas, éclairés par la lumière naturelle, regroupent les activités internes à l’établissement : le plateau technique centralisé, qui comporte 25 salles d’opération, 40 lits de surveillance post-interventionnelle, le plateau d’imagerie, le secteur de réanimation chirurgicale, l’accueil des urgences adultes et en 2012 du SAMU.
Accueil des patients
Le hall d’accueil de l’hôpital abrite un îlot central d’accueil et d’orientation afin de faciliter l’orientation des usagers.

Dans Bocage Central, le « bureau des entrées » n’existe plus. Pour l’ensemble des formalités médico-administratives les patients ont à leur disposition des guichets d’accueil situés à chaque niveau du bâtiment.
Organisation des soins
Le CHU de Dijon a été parmi les premiers à se structurer de manière polaire,regroupant les services en pôles cohérents :
Activités médicales

  • Coeur-poumons-vaisseaux
  •  Neurosciences-chirurgie réparatrice et psychiatrie adulte
  • Spécialités médicales
  • Pathologies lourdes
  •  Pathologies digestives, métaboliques et endocriniennes
  •  Anesthésie – réanimations chirurgicales ? urgences
  •  Gynécologie-obstétrique
  •  Personnes âgées
  •  Pédiatrie
  •  Rééducation-réadaptation

Pôles médico-techniques

  • Imagerie
  • Biologie

Activités transversales

  • Pharmacie
  • Biostatistiques et information médicale
  • Vigilances
  • Recherche clinique et innovation

Avec Bocage Central, la logique de pôle prendra encore davantage de sens grâce à la rationalisation géographique des moyens techniques et humains. Chaque niveau réunira, en effet, les services d’un même pôle, qui mettront désormais en commun leurs moyens matériels et humains dans une logique d’efficience et d’optimisation de la prise en charge médicale.
Les locaux de consultations sont regroupés et partagés entre toutes les disciplines du pôle, le plateau technique se trouve centralisé, des unités alternatives à l’hospitalisation classique seront développées en vue de répondre à l’évolution des besoins et des attentes des patients (hôpitaux de jour, de semaine, chirurgie ambulatoire). A terme, les unités de soins auront une capacité unitaire moyenne de 25 lits.
Les chambres individuelles sont privilégiées et conçues pour répondre à un hébergement accueillant et ergonomique, mais également aux contraintes de sécurité et d’hygiène. Deux chambres par unité sont, par ailleurs, équipées pour accueillir des personnes à mobilité réduite.
Bocage Central : un établissement de pointe
L’innovation technologique fait partie du quotidien des équipes, qu’elles soient ou non en contact direct avec le patient. Sur le plan du soin, le CHU offre un accès aux techniques les plus performantes, contribuant ainsi à la qualité des diagnostics et des thérapeutiques. L’établissement dispose ainsi d’équipements médico-techniques sans cesse mis à niveau tels que IRM, robot chirurgical, automates de laboratoires, etc. Sur le plan technique et logistique, Bocage Central est doté de transports automatisés : des « tortues » ou AGV (véhicules électriques guidés automatiquement)livrent les médicaments, les dispositifs médicaux stériles, les chariots repas, le linge, l’épicerie, ou encore les déchets.
Les tortues soulèvent les armoires de transport et les acheminent, dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité. Elles desservent chaque étage depuis le niveau -2 par des monte-charges spécifiques.
Des valisettes serviront au transport des prélèvements depuis les étages de Bocage central jusqu’au plateau technique de biologie ou à l’EFS (Etablissement français du sang elles pourront aussi acheminer des médicaments, des dossiers?
Les valises transportent les prélèvements sur les rails
Des pneumatiques seront utilisés notamment pour l’envoi des produits sanguins depuis l’Etablissement Français du Sang et l’acheminement des prélèvements urgents vers le plateau technique de biologie.
L’accès à Bocage Central
Afin d’intégrer cette nouvelle construction, l’aménagement du site du Bocage a été repensé en totalité. Un nouvel accès a été créé en partie sud du terrain du CHU, vers le rond-point des rues Paul Gaffarel, Professeur Marion et Mazen, en collaboration avec la ville de Dijon. L’organisation des circulations intérieures (automobiles, piétons, deux-roues) a été complètement revue. Enfin, la desserte intérieure du site par les transports en commun a été pensée en partenariat avec le Grand Dijon et DIVIA (réseau de la ville).

A partir de 2011 et jusqu’en 2013, les ailes du bâtiment de l’actuel hôpital du Bocage seront restructurées durant une seconde phase de travaux afin de finaliser la mise en place des pôles médicaux, soit au total 777 lits dont 592 lits dans le nouvel établissement, pour un total de 1 664 lits sur l’ensemble du CHU. Les 3 bâtiments indépendants sont reliés par des galeries vitrées. D’autres galeries souterraines relient Bocage Central avec le plateau technique de biologie (pour l’acheminement des prélèvements par exemple), l’hôpital d’enfants, le Centre de lutte contre le cancer Georges François Leclerc, et une autre galerie souterraine entièrement consacrée aux flux logistiques entre Bocage Central et le quai logistique. Cette organisation offre désormais au CHU des facilités de fonctionnement optimales.

Fiche technique
Implantation : site Bocage, à 3 km du centre-ville de Dijon
109 820 m² SHON sur un terrain de 16.7 ha
Architectes : GROUPE 6 GRENOBLE – PARIS
Bureau d’étude spécialisé IOSIS BATIMENT STRASBOURG
Assistant à maîtrise d’ouvrage : ICADE LYON
Coût total de l’opération, toutes dépenses confondues : 250 millions d’euros (hors frais financiers et opérations préalables) hors équipement
777 lits et places (dont 747 lits de M.C.O., 30 places d’ambulatoire et 0 lits de S.S.R.)
95% des chambres seront individuelles (contre 70% aujourd’hui)

Plateau technique
3 scanners,
2 IRM,
25 salles de bloc opératoire,
3 salles de radiologie interventionnelle,

Calendrier
mars 2005 : délivrance du permis de construire
Septembre 2010: achèvement de la première phase
2012 : achèvement de la seconde phase

A lire sur le même sujet

4 500 dijonnais découvrent l’hôpital du XXIème siècle
Un projet raisonnablement optimiste
Le CHU construit son avenir

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.