Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Bonnes nouvelles pour le futur centre lyonnais d’hadronthérapie

Le mois de novembre 2011 a été riche en annonces stimulantes. D’abord la confirmation de l’efficacité de l’hadronthérapie pour les tumeurs inopérables et radio-résistantes. Ensuite la candidature de France HADRON au titre d’«Infrastructure nationale de biologie et santé» ; un projet dont le fort potentiel et le caractère unique viennent d’être reconnus par des experts internationaux.

Le mois de novembre 2011 a été riche en annonces stimulantes. D’abord la confirmation de l’efficacité de l’hadronthérapie pour les tumeurs inopérables et radio-résistantes. Ensuite la candidature de France HADRON au titre d’«Infrastructure nationale de biologie et santé» ;  un projet dont le fort potentiel et le caractère unique viennent d’être reconnus par des experts internationaux.
Un recul de 16 ans depuis le lancement des premiers traitements d’hadronthérapie par ions carbone atteste les bons résultats de cette thérapie innovante : supérieurs de 20 % aux traitements traditionnels, et cela de manière pérenne. Des données encourageantes sur le plan médical et aussi sur le plan économique. L’exemple japonais est sur ce plan riche d’enseignement. Dans ce pays précurseur, l’hadronthérapie est arrivée à maturité. Le Professeur Tsujii, Directeur du National Institute of Radiological Sciences (NIRS), a mis en avant le soutien politique accordé à cette technologie adoptée pour traiter de plus en plus de patients tout en favorisant un essor du secteur industriel. Aujourd’hui, le Japon compte 9 centres de soins par hadronthérapie. L’objectif est de passer à 15 d’ici 2020, soit 1 centre pour 10 millions d’habitants. Devant un tel succès, l’Assurance maladie japonaise s’apprête à rembourser les traitements sur une base d’environ trois millions de yens chacun (soit 30 000 euros).
En France, le Centre ETOILE, dont l’ouverture est prévue en 2016, sera le seul établissement à proposer des traitements de routine par ions carbone. En attendant, l’Assurance maladie française a accepté de prendre en charge le financement d’une cohorte de patients traités à Heidelberg (Allemagne), en lien avec ETOILE, dans le cadre d’un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) qui sera lancé en 2012.
La rencontre scientifique a réuni 110 personnes, experts japonais et européens, mais aussi médecins, chercheurs et industriels, du 25 au 27 novembre 2011. Elle était organisée conjointement par NIRS japonais et le Centre ETOILE.
La recherche française se structure autour du projet France HADRON, évalué très favorablement par son premier Conseil Scientifique international
Le projet France HADRON, porté par le CNRS et le Centre ETOILE  a été présenté dans le cadre de l’appel à projets « Infrastructures nationales de biologie et santé » des investissements d’avenir. Il rassemble les 5 centres ou projets de centres français (ETOILE à Lyon, ARCHADE à Caen, ICPO à Paris-Orsay, IMPACT à Nice, PERICLES à Toulouse) et près de 25 équipes scientifiques soit au total une centaine de chercheurs sur toute la France.  Son ambition : créer une organisation intégrée et coordonnée de la recherche française afin d’optimiser les moyens de traitement, notamment via le développement de nouvelles technologies valorisables. Ce projet s’appuie sur 4 grandes thématiques : Comment cibler et évaluer l’intérêt médical de l’hadronthérapie (recherche clinique) – Comment améliorer les plans de traitement (modélisation et simulation informatique) – Comment mieux comprendre l’effet des traitements (radiobiologie) – Comment améliorer la qualité des traitements (instrumentation).
L’ensemble des partenaires du projet se sont réunis à Lyon, les 28 et 29 novembre, autour d’un Conseil Scientifique externe chargé d’évaluer la pertinence scientifique du projet. Les experts internationaux ont reconnu le caractère unique de ce projet intégré. Il recèle selon eux « un potentiel très important », capable de procurer à la France une position éminente dans le domaine et une attractivité majeure, en termes à la fois d’offre de soins et d’offre de formation. Comme l’ont recommandé les experts, des liens forts seront maintenus avec les consortiums européens ENLIGHT (European Network for LIGht ion Hadron Therapy) et ULICE (Union of Light Ion Centres in Europe).

A propos du GCS ETOILE

Créé en 2007, le Groupement de Coopération Sanitaire ETOILE (Espace de Traitement Oncologique par Ions Légers Européen) associe les Hospices Civils de Lyon, le Centre Léon Bérard, les CHU de Grenoble et de Saint-Etienne et l’Institut de Cancérologie de la Loire. Il a pour mission de développer à Lyon un centre d’hadronthérapie par ions carbone à vocation médicale nationale et à dimension scientifique européenne et internationale.

A propos de l’appel à l’appel à projets Infrastructures Nationales en Biologie et Santé

Ce programme vise à financer des ensembles d’équipement et de personnel qui soutiendront les projets de recherche de l’ensemble de la communauté française dans les divers domaines des sciences de la vie. Il doit doter la France de plusieurs grandes infrastructures d’envergure nationale et très compétitives internationalement.

Correspondance Centre Etoile
Joëlle Parry – Attachée de presse – joelleparry@dbmail.com – 06 87 59 22 29

Sur le même sujet lire également
https://www.chu-media.info/les-articles/article/article/le-centre-etoile-un-investissement-davenir-soutenu-par-la-ministre-de-la-sante/
https://www.chu-media.info/les-articles/article/article/centre-etoile-lhadrontherapie-une-technique-prometteuse-selon-lhas/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”