Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : Angers-Nantes une alliance au sommet

Quatre établissements de pointe dans la lutte contre le cancer - les CHU d’Angers et de Nantes et les centres de lutte contre le cancer René-Gauducheau (44) et Paul Papin (49) regroupent leurs forces pour créer le nouvel Institut régional de cancérologie Angers / Nantes (Ircan), le 27 juin 2013.

Quatre établissements de pointe dans la lutte contre le cancer –  les CHU d’Angers et de Nantes et les centres de lutte contre le cancer René-Gauducheau (44) et Paul Papin  (49) regroupent leurs forces pour créer  le nouvel Institut régional de cancérologie Angers / Nantes (Ircan), le 27 juin 2013.

Une logique de regroupement élargi pour mieux mieux structurer la cancérologie hospitalo-universitaire de la région des Pays de la Loire
Co-existaient déjà deux groupements de coopération sanitaire composés d’une part du CHU et du Centre de lutte contre le cancer (CLCC) de Nantes René-Gauducheau, d’autre part du CHU et du CLCC d’Angers Paul Papin. En 2011, les deux centres de lutte contre le cancer avaient fusionné en un  Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO). Aujourd’hui l’Ircan, coordonne les activités des équipes expertes et va booster le déploiement de nouveaux projets communs, dans le respect des missions et des compétences de chacun des établissements.  
L’Ircan est l’un des premiers groupements de coopération sanitaire (GCS) de ce type en France.
Les équipes angevines et nantaises, dans le cadre des deux précédents groupements, ont démontré leurs capacités à apporter des réponses concertées. Ainsi, ces deux groupements ont permis le développement de nombreuses activités grâce aux réponses communes aux appels à projet de l’Institut national du cancer allant, à titre d’exemples, de la création de l’unité mixte de génomique du cancer pour Nantes au portage conjoint de l’unité d’évaluation et de traitement de la douleur pour Angers. Cette dynamique a également permis l’achat d’équipements de haute technologie comme le Pet Scan en médecine nucléaire, équipement partagé par les patients du CHU de Nantes et de l’ICO.
Afin de garantir la représentation la plus complète des acteurs de la cancérologie, différents partenaires seront également impliqués dans le fonctionnement du futur GCS en tant que membres associés : les universités d’Angers et de Nantes, l’alliance Aviesan, la Communauté d’agglomération d’Angers Loire métropole, la Communauté urbaine de Nantes ainsi que la Région Pays de la Loire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.