Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer de la plèvre : la recherche en ferme expérimentale

Avant d'essayer un nouveau traitement chez l'homme, il faut en vérifier l'efficacité et prouver sa sécurité c'est pourquoi le test chez l'animal demeure une étape incontournable. Maillon essentiel entre la découverte et son application humaine, la chirurgie expérimentale permet de valider l'intérêt de la technique et les performances du matériel.

Avant d’essayer un nouveau traitement chez l’homme, il faut en vérifier l’efficacité et prouver sa sécurité c’est pourquoi le test chez l’animal demeure une étape incontournable. Maillon essentiel entre la découverte et son application humaine, la chirurgie expérimentale permet de valider l’intérêt de la technique et les performances du matériel.

Centre unique en France, la plateforme zootechnique expérimentale de l’Etablissement National d’Enseignement Supérieur Agronomique de Dijon (ENESAD), implantée sur le Pôle Agricole de Pouilly en Auxois, s’étend sur 2,6 hectares. Le bâtiment des écuries dédié aux expériences de l’ENESAD a la capacité d’héberger une vingtaine de chevaux. Le bâtiment de chirurgie expérimentale se compose d’un hébergement pouvant accueillir 10 animaux de taille moyenne (type porc, mouton), en box individuel, 1 salle d’opération totalement équipée pour tout type d’animaux, avec ses salles annexes (pour l’anesthésie, stockage de matériel, habillage des chirurgiens) et un système de transport pour les animaux anesthésiés. Le coût global des 2 bâtiments et aménagements extérieurs s’élève à 1 148 310 euros toutes dépenses confondues.

Un centre d’avant-garde pour la chirurgie expérimentale chez le grand animal
D’avant garde par rapport aux autres centres européens elle dispose d’installations spécifiques pour la chirurgie expérimentale chez le grand animal (actuellement des recherches sont en cours chez des porcs et des chevaux), mais aussi pour tous les soins pré et postopératoires chez l’animal. Le suivi est assuré en permanence par un personnel vétérinaire et animalier formé spécifiquement à cette tâche. Enfin, son implantation sur l’axe autoroutier Paris – Lyon et à proximité de Dijon, tout en restant dans un cadre rural, en fait un lieu idéal pour la recherche expérimentale.

Construite par la communauté de communes de l’Auxois Sud en partenariat avec l’ENESAD avec l’aide de l’Etat, de l’Europe, du Conseil Régional, du Conseil Général, de la Chambre d’agriculture et du CHU, ce centre développera une activité de recherche de haut niveau. C’est pourquoi le CHU de Dijon est immédiatement devenu le partenaire privilégié de l’ENESAD.

La plateforme zootechnique répond aux doubles contraintes réglementaires liées à la recherche et à l’expérimentation animale
La plateforme zootechnique et l’activité expérimentale respectent strictement la réglementation et les directives du Conseil de l’Europe (directive 86/609/CEE du Conseil, du 24 novembre 1986 et convention STE 123) et leur transposition en droit français (Art. R.214-91 et suivants du Code Rural, décret n°2001-131 du 8 février 2001, arrêté du 19/04/88, décret du 6/06/01 et décret du 6/02/01) concernant l’expérimentation animale et les caractéristiques des installations qui lui sont destinées. Elle répond à des normes de sécurité et de confort animalier qu’aucune autre installation ne possède à l’heure actuelle en France : surface disponible pour chaque animal, milieu ambiant, salles d’expérimentation et leurs annexes, chauffage, éclairage, contrôle de l’humidité, la périodicité de l’entretien, alimentation, litières, etc… Des contrôles sont régulièrement assurés par la Direction Départementale des Services Vétérinaires qui délivre une autorisation et une accréditation particulières. Les activités de recherche sont approuvées par un Comité d’Ethique de l’expérimentation animale, crée selon le décret n°2005-264 du 22 mars 2005.

Le développement des programmes de chirurgie expérimentale
Des équipes de chercheurs de la région (CHU de Dijon, Université de Bourgogne et INSERM) mènent depuis des années des projets de chirurgie expérimentale en cancérologie, ayant déjà abouti à d’intéressants résultats publiés dans des revues internationales ; par exemple, dans Annals of Surgery 2006 ; 244(1):106-12: « High intra-abdominal pressure enhances the penetration and antitumor effect of intraperitoneal cisplatin on experimental peritoneal carcinomatosis ». En cours, un programme sur le traitement des cancers de la plèvre mené par une équipe mixte de chercheurs en cancérologie : le Service de Chirurgie Digestive, Thoracique et Cancérologique du CHU de Dijon et de l’Université de Bourgogne (Professeurs J.P.Favre, A.Bernard, P.Rat et P.Ortega Deballon) et de l’INSERM (Pr B.Chauffert). Cette équipe se compose de chirurgiens, cancérologues, anesthésistes, vétérinaires et infirmières.

D’autres unités du CHU et de l’Université vont les suivre : l’équipe de chirurgie orthopédique des Professeurs P.Trouilloud et E.Baulot (avec un programme de recherche sur les prothèses osseuses articulaires), de gynécologie du Professeur P.Sagot (avec un programme de recherche sur la statique pelvienne ou descente d’organes), d’odontologie et stomatologie du Docteur D.Perrin.

Au delà de l’expérimentation, ce nouveau site «haut de gamme» pour la chirurgie animale complexe est appelé à devenir un centre d’enseignement et de formation. Une fois les nouvelles techniques mises au point, des chirurgiens de toute la France seront invités à venir les découvrir et les appliquer.

La plateforme expérimentale de l’Etablissement national d’enseignement supérieur agronomique se définit comme un nouveau pôle scientifique d’intérêt au service de la recherche, pour le bénéfice des malades.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”