Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du rein, du foie, du poumon : la cryothérapie adoptée au CHU Dijon Bourgogne

Radiofréquence, micro-ondes, cryothérapie, les traitements mini-invasifs de thermo-ablation percutanée sont de plus en plus fréquents. Leurs indications sont d’ordre curatif, palliatif ou antalgique – même si, soulignent les experts, la chirurgie reste la référence pour la prise en charge de certains cancers. Au CHU Dijon Bourgogne les premières thermo-ablations par cryothérapie ont débuté en avril 2016 sous l’égide du Pr Romaric Loffroy, radiologue interventionnel. La diffusion de ce progrès médical permet aux bourguignons de disposer d’une nouvelle alternative thérapeutique dans leur bassin de proximité santé.

Radiofréquence, micro-ondes, cryothérapie, les traitements mini-invasifs de thermo-ablation percutanée sont de plus en plus fréquents. Leurs indications sont d’ordre curatif, palliatif ou antalgique – même si, soulignent les experts, la chirurgie reste la référence pour la prise en charge de certains cancers. Au CHU Dijon Bourgogne les premières thermo-ablations par cryothérapie ont débuté en avril 2016 sous l’égide du Pr Romaric Loffroy, radiologue interventionnel. La diffusion de ce progrès médical permet aux bourguignons de disposer d’une nouvelle alternative thérapeutique dans leur bassin de proximité santé.  
Les indications de la thermo-ablation
Les indications augmentent de manière exponentielle avec la diffusion de cette nouvelle technique. Elles sont à visée curative pour les tumeurs du rein principalement, du foie ou du poumon, à visée palliative antalgique pour les métastases osseuses notamment et à visée antalgique pour certaines tumeurs bénignes douloureuses comme l’ostéome ostéoïde). Parmi ces techniques, la cryothérapie est la dernière méthode de pointe. Développée depuis la fin des années 2000, cette innovation n’est aujourd’hui proposée que dans une dizaine de CHU en France. Pour la région Bourgogne Franche-Comté, le CHU Dijon Bourgogne est désormais le seul établissement à la pratiquer, et le second à l’échelle de l’inter-région Grand Est, aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.
Réalisée sous contrôle scanographique ou échographique, la cryothérapie permet de détruire une tumeur de petite taille par le froid, en respectant les tissus environnants. Le procédé consiste ainsi à faire pénétrer des aiguilles creuses guidées par imagerie dans la tumeur, afin d’y former une boule de glace. Durant ce traitement (qui dure 1h30), les aiguilles sont refroidies à leur extrémité par un gaz, l’argon, qui abaisse considérablement la température de la pointe de l’aiguille jusqu’à – 100° C.
Au regard des autres techniques de thermo-ablation, la cryothérapie permet de traiter des tumeurs plus volumineuses avec moins de risques pour les structures anatomiques avoisinantes. Au regard de la chirurgie, ses bénéfices sont multiples : temps d’hospitalisation réduit (0 à 1 nuit en fonction du type d’anesthésie), diminution des risques anesthésique (la procédure pouvant être réalisée sous anesthésie locale) et post-opératoire (réduction des complications), amélioration du confort du patient (absence de douleur ou de cicatrice)- le tout pour des résultats tout aussi satisfaisants sur le plan oncologique.
Encore considérée comme une alternative à la chirurgie, la cryothérapie devrait se généraliser à l’avenir pour le traitement de nombreuses tumeurs de petite taille et devenir la référence. Elle apparaît comme une opportunité d’améliorer considérablement le vécu hospitalier de nombreux patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.