Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du rein : Traitement par cryothérapie percutanée

Le Professeur Bernard Malavaud du service d'Urologie du Professeur Pascal Rischmann et le Docteur Julien Auriol du service de Radiologie du Professeur Hervé Rousseau viennent de réaliser avec succès les 5 premiers traitements de cancer du rein par cryothérapie percutanée au CHU de Toulouse - Hôpital de Rangueil. Cette technique innovante et peu agressive, qui détruit les tissus malades par une application d'un froid extrême sur la tumeur, évite de recourir à l'ablation du rein et de préserver la fonction rénale.

Le Professeur Bernard Malavaud du service d’Urologie du Professeur Pascal Rischmann et le Docteur Julien Auriol du service de Radiologie du Professeur Hervé Rousseau viennent de réaliser avec succès les 5 premiers traitements de cancer du rein par cryothérapie percutanée au CHU de Toulouse – Hôpital de Rangueil.
Cette technique innovante et peu agressive, qui détruit les tissus malades par une application d’un froid extrême sur la tumeur, évite de recourir à l’ablation du rein et de préserver la fonction rénale.

Une augmentation de 2 % par an des cancers du rein
On observe depuis les années 70, une augmentation continue de l’incidencei des cancers du rein (adénocarcinomes rénaux). Alors que le traitement de référence était jusqu’à récemment, l’ablation complète du rein porteur de la tumeur, le développement de techniques de conservation du rein comme la néphrectomie partielle (ablation partielle du rein) puis la tumorectomie (ablation uniquement de la tumeur) permet de préserver la fonction rénale et d’améliorer la survie des patients.
Cette chirurgie partielle peut se faire par voie ouverte (lombotomie) ou par coeliosocopie mais il existe aussi des alternatives percutanées. Une technique peu agressive associant les compétences des urologues et des radiologues

Les indications de la cryothérapie percutanée sont discutées entre urologues et radiologues. La technique consiste à appliquer un froid extrême sur la tumeur pour détruire les tissus malades à l’aide d’une cryode reliée à une source d’Argon qui
produit le froid. Le geste est réalisé par une équipe associant urologue et radiologue chez un patient anesthésié. Le radiologue place de 2 à 4 cryodes dans la tumeur par l’intermédiaire de petites incisions (3mm) sur la peau des lombes sous contrôle scanner.

Des suites opératoires simplifiées pour le patient
La technique par cryothérapie percutanée apporte une véritable plus value dans la prise en charge des patients atteints de tumeurs cancéreuses du rein : intervention moins traumatisante, suites opératoires plus simples et durée d’hospitalisation plus courte (2 nuits post-opératoires).
Le CHU de Toulouse se situe parmi les premiers centres qui utilisent cette technique après le CHU de Strasbourg (20 interventions) qui est le centre de référence en France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.