Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : le palmarès du Parisien erroné et tendancieux

Dans un communiqué en date du 19 novembre 2009, la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics (FNCHP) et les Conférences de directeurs et de présidents de Commissions médicales dénoncent le manque d'exigence, de rigueur et de sérieux du quotidien. Le Parisien qui avait publié le palmarès complet des meilleurs hôpitaux traitant le cancer dans son édition du 16 novembre 2009, avait fait l'impasse sur 14 CHU et de nombreux centres hospitaliers.

Dans un communiqué en date du 19 novembre 2009, la Fédération hospitalière de France (FHF), la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics (FNCHP) et les Conférences de directeurs et de présidents de Commissions médicales dénoncent le manque d’exigence, de rigueur et de sérieux du quotidien. Le Parisien avait publié le palmarès complet des meilleurs hôpitaux traitant le cancer dans son édition du 16 novembre 2009, un classement qui excluait 14 CHU et de nombreux centres hospitaliers.

La Fédération hospitalière de France (FHF) et la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics (FNCHP) qui travaille en son sein ainsi que les Conférences de directeurs et de présidents de Commissions médicales ont toujours oeuvré pour que l’information délivrée aux usagers par les établissements hospitaliers soit la plus transparente possible.

Elles estiment que l’hôpital n’a rien à cacher et que les données publiques relatives à son activité doivent naturellement être portées à la connaissance de nos concitoyens.

Elles ont toujours incité les hôpitaux publics à répondre aux sollicitations, parfois contraignantes, des journalistes qui établissent des études comparatives sur les établissements hospitaliers. Ces études sont la plupart du temps de bonne qualité et fournissent une information utile au grand public.

Elles déplorent que Le Parisien ait rendu public un palmarès des meilleurs hôpitaux traitant le cancer en utilisant des données partielles et donc partiales qui ne reflètent pas l’intégralité des données figurant dans l’étude de Santéclair.

Ainsi, 14 CHU ont été omis alors que ce sont les établissements de ce type qui prennent en charge le plus de patients souffrants des différentes formes de cancers. En ce qui concerne la qualité, c’est également au sein des CHU qu’exercent les équipes référentes têtes de réseaux régionaux pour la prise en charge des cancers. Ces mêmes équipes sont sources d’innovation dans leurs traitements.

Par ailleurs, de nombreux centres hospitaliers ne figurent pas dans ce palmarès alors qu’ils réalisent une activité au moins aussi importante que les cliniques privées présentes dans cet article.

Alors que la prise en charge du cancer est un enjeu majeur des années à venir, on peut regretter qu’un quotidien avec un tel tirage sacrifie, par manque d’exigence, de rigueur et de sérieux, la qualité de l’information délivrée au citoyen.

Paul CASTEL, Président de la Conférence nationale des directeurs généraux de CHU
Alain DESTEE, Président de la Conférence des Présidents de CME de CHU
Francis FELLINGER, Président de la Conférence des Présidents de CME
Denis FRECHOU, pour la Conférence nationale des directeurs de CH
Yvan HALIMI, Président de la Conférence des Présidents de CME des CHS
Norbert IFRAH, Président de la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics
Jean LEONETTI, Président par intérim de la Fédération hospitalière de France.

Contacts presse :
Cédric Lussiez, 01.44.06.85.22, href= »mailto:c.lussiez@fhf.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”