Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : l’information au coeur de la relation de soin

Une étude menée en 1998 intitulée « Ensemble parlons autrement du cancer » a révélé que lors d'une première consultation de cancérologie, un malade ne retient que 30% soit seulement un tiers des informations données par le médecin. En fait seules les premières et dernières phrases sont intégrées. Pour adapter l'information aux besoins du patient et préserver la richesse de la relation soignante, les infirmières du service d'oncologie radiothérapique et médicale du CHU de Fort-de-France ont créé une consultation d'ancrage infirmière.

Une étude menée en 1998 intitulée « Ensemble parlons autrement du cancer » a révélé que lors d’une première consultation de cancérologie, un malade ne retient que 30% soit seulement un tiers des informations données par le médecin. En fait seules les premières et dernières phrases sont intégrées. Pour adapter l’information aux besoins du patient et préserver la richesse de la relation soignante, les infirmières du service d’oncologie radiothérapique et médicale du CHU de Fort-de-France ont créé une consultation d’ancrage infirmière.

Les infirmières du service d’oncologie radiothérapique et médicale du CHU de Fort-de-France ont constaté dans leur pratique quotidienne le mal que le patient avait à assimiler des informations d’ordre médical lors de l’annonce d’un diagnostic grave. Difficultés encore aggravées par l’augmentation régulière du nombre de malades qui réduit le temps imparti à l’accueil, à l’écoute et aux échanges. Ajouté à cela le caractère dramatique de la pathologie cancéreuse qui limite la capacité de compréhension et d’analyse du patient souvent anéanti à l’annonce d’un cancer. Enfin, le nombre et la diversité des interventions thérapeutiques successives et la complexité du langage médical désorientent et déstabilisent le malade.

Conscientes de ces difficultés et soucieuses d’instaurer une relation de qualité avec les patients les infirmières ont ouvert «une consultation d’ancrage infirmière » en adéquation avec les projets de la Direction des soins infirmiers.

Qu’est-ce qu’une consultation d’ancrage ?
Une consultation d’ancrage est une prise en charge globale du patient où l’aspect relationnel, l’accueil et l’écoute active tiennent une place prépondérante. L’objectif est d’instaurer une relation de confiance et d’obtenir une meilleure adhésion du patient au projet thérapeutique. Cette consultation fait suite à la consultation médicale afin que l’IDE d’ancrage soit en phase avec la communication médecin/patient. Concrètement la consultation dure entre une à deux heures. Elle débute par l’écoute du patient et éventuellement de son entourage proche. Un premier échange permet d’évaluer les connaissances du patient sur sa maladie, son projet thérapeutique, ses réactions à l’annonce du diagnostic, ses attentes, ses besoins physiques, psychologiques et sociaux.

Ensuite l’infirmière comble si nécessaire ses lacunes et corrige les inexactitudes, elle explique le protocole de traitement (déroulement, durée de l’hospitalisation, rythme des cures de chimiothérapie ou des séances de radiothérapie&), les effets indésirables et leur prévention. Elle revoit avec le patient les différents rendez-vous et lui remet une documentation qui résume les informations reçues lors de l’entretien.

Enfin, en fonction des besoins repérés, l’IDE l’oriente vers la psychologue, l’assistante sociale ou la diététicienne.

Un suivi est assuré à chaque consultation, les éléments de synthèse sont repris sur une fiche d’évaluation intégrée au dossier de soins.
« La consultation d’ancrage infirmière a contribué à l’amélioration de la qualité de vie des patients grâce à une meilleure écoute et une information personnalisée mais aussi en rendant aux soins toute leur dimension humaine »

D’après un article de Madame Lechar

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”