Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : le mini-pacemaker sans sonde s’implante aussi en Bourgogne

Le CHU de CHU Dijon Bourgogne vient d'annoncer la 1ère implantation d’un stimulateur cardiaque sans sonde en Bourgogne sur un patient âgé de 76 ans souffrant d’une arythmie cardiaque permanente, responsable de battements cardiaques trop lents. L'intervention (45 minutes) réalisée par l’équipe de Rythmologie du Pr Gabriel Laurent s'est déroulée le vendredi 25 mars 2016. Le patient va très bien et il a pu regagner son domicile deux jours après l’intervention.
Le CHU de CHU Dijon Bourgogne vient d’annoncer la 1ère implantation d’un stimulateur cardiaque sans sonde en Bourgogne sur un patient âgé de 76 ans souffrant d’une arythmie cardiaque permanente, responsable de battements cardiaques trop lents. L’intervention (45 minutes) réalisée par l’équipe de Rythmologie du Pr Gabriel Laurent s’est déroulée le vendredi 25 mars 2016. Le patient va très bien et il a pu regagner son domicile deux jours après l’intervention.
Le « mini-pacemaker » (Micra® TPS, Medtronic) a été placé dans le ventricule droit par la veine fémorale gauche. Ce système révolutionnaire a déjà fait la preuve de son efficacité à travers plusieurs essais cliniques mondiaux. Le dispositif ne requiert aucune sonde, ce qui limite fortement les complications habituellement rencontrées avec les stimulateurs classiques. Du fait de cette miniaturisation, il n’y aucun boitier visible sous la peau. 
La longévité de la batterie est estimée à 10 ans, comparable aux stimulateurs classiques. La rapidité et la sécurité de l’implantation devrait favoriser progressivement son utilisation dans les centres accrédités pour la pratique de l’électrophysiologie interventionnelle.
Le CHU de Dijon rejoint ainsi le cercle très fermé des centres compétents pour l’implantation de ces appareils par cathétérisme interventionnel : 20 en France dont une douzaine de CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.