Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les bruits de l’hôpital se font musique

A l'hôpital qui n'a pas été dérangé par des portes qui claquent, des talons dans le couloir, des lits qu'on roule ? Synonymes de solitude et d'angoisse, ces bruits ont été apprivoisés pour Pannonica, célèbre scène nantaise de musiques improvisées. Grâce à l'alchimie d'un talentueux trio, les résonances hospitalières ont été transformées en sons puis en création musicale contemporaine que le public pourra découvrir en juin, dans un décor bucolique, le jardin de la maison Audubon à Couëron.

A l’hôpital qui n’a pas été dérangé par des portes qui claquent, des talons dans le  couloir, des lits qu’on roule ? Synonymes de solitude et d’angoisse, ces bruits ont été apprivoisés pour Pannonica, célèbre scène nantaise de musiques improvisées. Grâce à l’alchimie d’un talentueux trio, les résonances hospitalières ont été transformées en sons puis en création musicale contemporaine que le public pourra découvrir en juin, dans un décor bucolique, le jardin de la maison Audubon à Couëron.
En partenariat avec le Pannonica, structure nantaise de création et diffusion de jazz, trois jeunes musiciens interviennent à l’hôpital depuis mars et jusqu’à juin. Par atelier, avec des enfants de 10 à 15 ans, Jérémie Ramsak, Fabrice L’houtellier et Arthur Narcy travaillent un projet de captation et création sonores qui consiste à créer de nouveaux sons à partir de ceux enregistrés dans l’hôpital. Théo, Eva, Clarisse, Marie et David ont participé à la première séance. Grincement de chariot, souffle du tensiomètre, chouinement du lit qui se relève, bruit plus cristallin de l’eau de la douche… Le groupe a collecté une « matière première brute » de différents sons qui seront ensuite travaillés sur ordinateur pour aboutir à une véritable création musicale.
Ce projet permettra aux enfants d’appréhender différemment l’univers musical et d’être initiés à un réel processus de création. Très mobilisées, les éducatrices de jeunes enfants et les ergothérapeutes accompagnent ce projet de création collective tout au long de sa réalisation.
Zig’ Hospi, l’émission de la radio Alternantes dédiée aux enfants hospitalisés, a consacré son émission du 8 juin à ce projet avec interviews des participants et diffusion des créations sonores réalisées.
Ce projet est cofinancé par la direction des affaires culturelles, l’agence régionale de l’hospitalisation et le Pannonica. En juin, les morceaux musicaux issus des ateliers pourront être écoutés par le grand public dans le cadre très agréable du jardin de la maison Audubon à Couëron à l’occasion de la manifestation « Échos ».
Le milieu hospitalier est un environnement empli de sons, de bruits qui le rendent immédiatement identifiable (bruits ambiants, portes, couloirs, ascenseurs, mobilier, machines…). S’ils ne sont pas tous inquiétants ou anxiogènes, ces bruits et sons familiers des patients n’en sont pas moins associés à une situation angoissante (maladie, faiblesse, fatigue, attente d’une intervention…). L’objet des interventions proposées par le Pannonica est d’inviter les patients, par une écoute nouvelle, à décontextualiser ces bruits et sons et à se les réapproprier par le biais d’une création sonore et musicale ». Alexandra Charrier, chargée d’action culturelle au Pannonica est persuadée que cette richesse de sons peut être propice à la création musicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”