Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des biscuits « made in Nice » au secours des mineurs chiliens

Une chercheuse niçoise, chirurgien-dentiste, professeur à l'université de Nice Sophia Antipolis et au CHU de Nice, en collaboration avec Solidages une start up de Sophia Antipolis (www.solidages.com), a créé une galette hyper protidique et hyper énergétique pour lutter contre la dénutrition des seniors.

Une galette au beurre de 5 cm de diamètre et bourrée de protéines, soit 20 % au lieu de 8 % pour les galettes ordinaires, telle est l’innovation proposée par l’équipe de chercheurs niçois. Chaque galette pèse 6 g, contient 1,25 g de protéines et apporte 28 kilocalories. Huit galettes par jour apportent 10 g de protéines.
En outre, la particularité des galettes Protibis® est leur texture spécialement conçue pour les personnes dénutries ayant des problèmes dentaires : elles peuvent être mangées facilement par les personnes édentées ou ayant un mauvais état bucco-dentaire.
La relation avec les besoins des mineurs bloqués depuis le 5 août dans une mine à 700 mètres de profondeur est immédiate. En effet, ils reçoivent leur nourriture par un tuyau de 6 cm de diamètre connecté à la surface. Une telle situation pose un problème médical majeur pour leur nutrition, avec des besoins protéino-énergétiques accrus. De plus, en raison du manque d’hygiène leurs dents commencent à bouger et ils ont du mal à manger.
Pour lutter contre leur dénutrition, le Dr. Juan Kehr, directeur de l’hôpital San Juan de Dios à Santiago du Chili et responsable des soins médicaux des 33 mineurs bloqués, est venu chercher une solution au congrès international de nutrition clinique de l’European Society for Clinical Nutrition and Metabolism (ESPEN), à Nice, du 5 au 8 septembre 2010. A cette occasion il a rencontré le Pr. Isabelle Prêcheur.
Le Dr Kehr a trouvé que ces petites galettes correspondaient parfaitement aux besoins nutritionnels des mineurs et aux contraintes liées à l’accident dans la mine. C’est ainsi qu’une opération d’aide a été organisée par l’Université de Nice Sophia Antipolis (UNS), l’ESPEN, la Ville de Nice et la Société Solidages (le fabricant des galettes). Le but : livrer une demi-tonne de galettes aux mineurs.
Le projet a été présenté à la Mairie de Nice en présence du Président de l’UNS Albert Marouani, du doyen de la faculté de Médecine, le Pr. Daniel Benchimol, des représentants de l’ESPEN, du Pr. Isabelle Prêcheur et de M. Cyril Sablayrolles Président de Solidages (www.solidages.com).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.