Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des lits-portes au service des urgences pédiatriques

Depuis le 7octobre 2009, l'unité d'hospitalisation de courte durée (UHCD) pédiatrique accueille les enfants examinés aux urgences, pour un temps d'observation ou d'examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé.

Depuis le 7octobre 2009, l’unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) pédiatrique accueille les enfants examinés aux urgences, pour un temps d’observation ou d’examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé.

«Lorsqu’un enfant est amené aux urgences, c’est toute la famille qui est désorganisée. En plus de l’inquiétude liée à l’accident ou au malaise de l’enfant, il faut tout à coup bouleverser l’emploi du temps, projets, quitter son travail… Vivre une longue attente dans un couloir près d’un brancard ajoute encore au stress», explique le Dr Caroline Camby, chirurgien infantile responsable de l’UCHD pédiatrique. «Ici, les familles se retrouvent au calme, l’enfant est détendu, ce qui permet surtout un diagnostic plus rapide.»

Caroline Camby coordonne avec Christelle Gras, pédiatre réanimateur, l’équipe de ce secteur médico-chirurgical pédiatrique installé au sixième étage de l’hôpital mère-enfant. Son ouverture est l’aboutissement d’un projet initié en 2003-2004, dans le cadre de la restructuration de l’ensemble de l’hôpital d’enfants : «L’UHCD répond à la prise en charge spécifique d’enfants nécessitant une hospitalisation de quelques heures en urgence, le temps de pratiquer des examens complémentaires pour poser le diagnostic ou de s’assurer d’une évolution favorable sous traitement.»

Les locaux sont adaptés pour favoriser la prise en charge médicale des enfants et accueillir leurs parents. L’un des parents est en effet invité à rester auprès de son enfant pendant le séjour (plus de quatre heures et moins de vingt-quatre heures) : «Par exemple, après une réduction de fracture sous anesthésie générale ou en cas de laryngite nécessitant quelques aérosols, l’UHCD permet un accueil personnalisé de courte durée.»

Un pédiatre est affecté à l’unité et des avis spécialisés médicaux et chirurgicaux sont obtenus en temps réel, selon le besoin des patients, comme aux urgences pédiatriques. Dans les trois quarts des cas, le passage en UHCD permet de poser un diagnostic et d’organiser les soins à domicile. 20% à 25% des cas nécessiteront un transfert en hospitalisation conventionnelle: «Ainsi, notre unité améliore le fonctionnement des urgences pédiatriques en libérant des salles d’examen. Elle permet aussi de soulager les services de pédiatrie médicale et de chirurgie infantile, souvent surchargés par les incidents de la nuit alors qu’il faut accueillir des patients programmés le matin.»

L’équipe est composée de six auxiliaires de puériculture, six infirmières, un agent de service hospitalier, un cadre de santé, une secrétaire. Après une nécessaire période de mise en place, l’unité se prépare à recevoir en moyenne deux patients par lit et par jour.

Le 6 décembre 2009, deux mois après l’ouverture, l’UHCD avait accueilli 500 patients, dont un tiers relevait de la chirurgie et deux tiers de la médecine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”