Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des lits-portes au service des urgences pédiatriques

Depuis le 7octobre 2009, l'unité d'hospitalisation de courte durée (UHCD) pédiatrique accueille les enfants examinés aux urgences, pour un temps d'observation ou d'examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé.

Depuis le 7octobre 2009, l’unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) pédiatrique accueille les enfants examinés aux urgences, pour un temps d’observation ou d’examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé.

«Lorsqu’un enfant est amené aux urgences, c’est toute la famille qui est désorganisée. En plus de l’inquiétude liée à l’accident ou au malaise de l’enfant, il faut tout à coup bouleverser l’emploi du temps, projets, quitter son travail… Vivre une longue attente dans un couloir près d’un brancard ajoute encore au stress», explique le Dr Caroline Camby, chirurgien infantile responsable de l’UCHD pédiatrique. «Ici, les familles se retrouvent au calme, l’enfant est détendu, ce qui permet surtout un diagnostic plus rapide.»

Caroline Camby coordonne avec Christelle Gras, pédiatre réanimateur, l’équipe de ce secteur médico-chirurgical pédiatrique installé au sixième étage de l’hôpital mère-enfant. Son ouverture est l’aboutissement d’un projet initié en 2003-2004, dans le cadre de la restructuration de l’ensemble de l’hôpital d’enfants : «L’UHCD répond à la prise en charge spécifique d’enfants nécessitant une hospitalisation de quelques heures en urgence, le temps de pratiquer des examens complémentaires pour poser le diagnostic ou de s’assurer d’une évolution favorable sous traitement.»

Les locaux sont adaptés pour favoriser la prise en charge médicale des enfants et accueillir leurs parents. L’un des parents est en effet invité à rester auprès de son enfant pendant le séjour (plus de quatre heures et moins de vingt-quatre heures) : «Par exemple, après une réduction de fracture sous anesthésie générale ou en cas de laryngite nécessitant quelques aérosols, l’UHCD permet un accueil personnalisé de courte durée.»

Un pédiatre est affecté à l’unité et des avis spécialisés médicaux et chirurgicaux sont obtenus en temps réel, selon le besoin des patients, comme aux urgences pédiatriques. Dans les trois quarts des cas, le passage en UHCD permet de poser un diagnostic et d’organiser les soins à domicile. 20% à 25% des cas nécessiteront un transfert en hospitalisation conventionnelle: «Ainsi, notre unité améliore le fonctionnement des urgences pédiatriques en libérant des salles d’examen. Elle permet aussi de soulager les services de pédiatrie médicale et de chirurgie infantile, souvent surchargés par les incidents de la nuit alors qu’il faut accueillir des patients programmés le matin.»

L’équipe est composée de six auxiliaires de puériculture, six infirmières, un agent de service hospitalier, un cadre de santé, une secrétaire. Après une nécessaire période de mise en place, l’unité se prépare à recevoir en moyenne deux patients par lit et par jour.

Le 6 décembre 2009, deux mois après l’ouverture, l’UHCD avait accueilli 500 patients, dont un tiers relevait de la chirurgie et deux tiers de la médecine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.