Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des moyens nouveaux pour une des plus importantes maternités publiques

Plus de 4 000 naissances en 2005 -4 079 exactement-, 4 250 prévues pour 2006 ! Un taux d'activité record qui conduit l'Agence Régionale d'Hospitalisation à accorder des moyens supplémentaires significatifs à la maternité d'exception du CHU d'Angers, dans le cadre du plan périnatalité. Maternité d'exception certes par le nombre de bébés qui y voient le jour -et qui en fait une des plus importante maternité publique de France- mais également et surtout par l'expertise de ses équipes et la nature des pathologies traitées.

Plus de 4 000 naissances en 2005 -4 079 exactement-, 4 250 prévues pour 2006 ! Un taux d’activité record qui conduit l’Agence Régionale d’Hospitalisation à accorder des moyens supplémentaires significatifs à la maternité d’exception du CHU d’Angers, dans le cadre du plan périnatalité.

Avec sa maternité de niveau 3 (niveau de références pour les grossesses à risques), ses services de réanimation, sa radiologie interventionnelle, le CHU prend en charge les parturientes et les patientes nécessitant les soins les plus pointus (assistance médicale à la procréation, recherche génétique, grossesses à risque, suivi intra-utéro, néonatalogie, chirurgie cancérologique…). Parallèlement, dans le cadre de ses missions de service public, l’établissement assure un accès aux soins à toutes les femmes : accueil de toutes les futures mamans sans distinction aucune, accueil des femmes victimes d’agressions sexuelles…

Cette cohabitation entre pratique de haut niveau et soins de proximité a été possible grâce à l’implication exemplaire des professionnels (gynécologue, obstétriciens, pédiatres, sages-femmes, infirmières, aides-soignants…). Il n’en reste pas moins que pour faire face à la forte activité du service et à l’évolution des besoins de la population (par exemple dans le domaine de l’échographie obstétricale), le CHU était en demande de moyens supplémentaires.

C’est chose faite avec l’annonce mardi dernier par l’Agence régionale de l’hospitalisation (ARH) des moyens alloués dans le cadre du « plan périnatalité ». A cette occasion, l’ARH a annoncé le financement de plus de 15 postes (praticiens hospitaliers, sages-femmes, psychologue, infirmières, aide-puéricultrice…).

Cette bouffée d’oxygène apportée au fonctionnement du pôle de gynécologie-obstétrique permettra non seulement d’améliorer les conditions d’exercice actuel mais également de renforcer l’offre d’échographie, d’ouvrir l’unité médico-psycho-sociale périnatale, de développer la prise en charge des pathologies cardiaques chez les nouveau-nés ou en période néonatale ou encore de mettre en place de l’entretien du 4e mois préconisé par le plan périnatalité. Cette annonce de moyens supplémentaires arrive au moment où le CHU s’apprête à lancer le concours d’architectes qui permettra de réaliser l’extension des locaux et de passer, entre autres, de 7 salles d’accouchement à 11. Le secteur chirurgical verra ouvrir 2 salles supplémentaires dédiées aux césariennes et gestes chirurgicaux périnataux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.