Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Développement durable : le CHRU de Tours vertueux

Marquage de vélo pour lutter contre les vols, menus bio dans les restaurants du personnel...Le prosélytisme du CHRU de Tours en faveur du développement durable prend la forme d'actions concrètes mais aussi de forum, de film et va bien au-delà… comme en témoigne le travail mené autour de la gestion des déchets. Gros plan sur des initiatives plébiscitées par les différents jurys.

Marquage de vélo pour lutter contre les vols, menus bio dans les restaurants du personnel…Le prosélytisme du CHRU de Tours en faveur du développement durable prend la forme d’actions concrètes mais aussi de forum, de film et va bien au-delà… comme en témoigne le travail mené autour de la gestion des déchets. Gros plan sur des initiatives plébiscitées par les différents jurys.
 
Pour réduire leur impact  sur l’environnement (quantité, qualité), sur l’homme (patient, personnel, riverain), sur les budgets (coût et performance globale de l’établissement) et sur les ressources, le CHRU a  développé une politique de tri et de valorisation des déchets.
Il s’est intéressé au tri des papiers de bureau, des textiles usagés, du verre ménager, des boites de conserves, des cagettes en bois des cuisines, des déchets biodégradables résultant de la préparation des repas dans les selfs et au sein de l’Unité Centrale de Préparation Alimentaire (UCPA)… Pour chacun d’eux il a organisé une filière et des partenariats. Ainsi pour les textiles le CHRU a passé une convention avec l’association Tri37, travaillant en lien avec Emmaûs et favorisant la réinsertion professionnelle. Au total c’est plus d’une trentaine de déchets triés pour un gisement annuel, tous déchets confondus, de plus de 3 600 tonnes.
Le CHR a favorisé la collecte des piles et des lampes usagées du personnel par la signature d’une convention avec deux éco-organismes aggréés : Corepile et Recylum,
Il est aussi intervenu sur la production des déchets dangereux, notamment les Déchets d’Activités de Soins à Risque Infectieux (DASRI) , mais aussi les effluents chimiques dangereux des laboratoires.
Enfin, le CHR a amélioré l’entretien des espaces verts par la mise en place de méthodes de lutte raisonnée et la gestion différenciée des espaces verts, la diminution des produits phytosanitaires et d’engrais chimiques. L’achat récent d’un broyeur à végétaux a permis maintenant de réduire les déchets verts en préférant leur utilisation pour le paillage des massifs plutôt qu’un transfert vers un centre de compostage.
Des mesures efficaces puisque le CHRU a enregistré des diminutions de la production des déchets végétaux de 80 tonnes par rapport à la moyenne des 4 dernières années (280 t) et sans doute plus, des transports de 58 rotations de 25 km évitées par rapport à la moyenne des 4 dernières années (145).
Avec au total, une économie de Gaz à effet de serre à hauteur d’ 1 tonne eq.carbone soit 3.7 tonnes eq.co2
Et même des gains car le développement durable rapporte : Sur l’année 2010, le CHRU a trié des cartons, du plastique, des métaux ferreux, du papier, des palettes bois, des piles au plomb… Le recyclage de ces déchets a permis de réaliser une recette de 13 782 € au CHU en 2010, et plus de 20 000 € certaines années ; les recettes dépendant du prix des matières premières.
Et si le recyclage des déchets ne génère pas toujours de recettes, leur tri induit des économies car c’est autant de tonnes qui ne sont pas comptabilisés comme ordures ménagères ou déchets industriels.
A titre d’exemple, le tri des déchets verts et son utilisation sur place pour le paillage des massifs évite au CHU de payer l’envoi et le traitement de ces déchets vers un centre de compostage (80 tonnes de déchets à 83.5€ hors taxe la tonne en déchets ménagers). L’ensemble de ces économies potentielles est évaluée à près de 5 000 € sur l’année 2010.
Les gains ne se mesurent pas qu’en euros mais aussi en prix

Pour en savoir plus sur le développement durable au CHRU de Tous, 7 vidéos retracent le travail des équipes 
 
– chapitre 1) Tri des déchets – les DASRI (déchets d’activité de soins à risque infectieux) : http://vimeo.com/30558222
– chapitre 2) Tri des déchets – les textiles : http://vimeo.com/30548086
– chapitre 3) Tri des déchets – le papier : http://vimeo.com/30538010
– chapitre 4) Tri des déchets – les jardins : http://vimeo.com/30483373
– chapitre 5) la qualité de vie : http://vimeo.com/30462647
– chapitre 6) les transports : http://vimeo.com/30338659
– chapitre 7) la construction : http://vimeo.com/30319528
En 2010, le CHRU a reçu un Award dans la catégorie gestion des déchets au baromètre du développement durable et il devient point de collecte pour la  filière Lampes.Le 15 février 2011, il est à nouveau récompensé par un prix spécial du jury pour l’ensemble de ses actions dans le cadre des Trophées du déchet de Touraine propre

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.