Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Douleur : toutes les expertises réunies en un département

Seule unité en France à disposer d’une palette aussi complète de solutions médicamenteuses et non médicamenteuses pour traiter la douleur, le service d’algologie s’associe au centre psychosomatique du CHRU de Montpellier et devient le département « Douleur, Psychosomatique, Maladie Fonctionnelle ». Fort d’une expertise de 34 ans...

Seule unité en France à disposer d’une palette  aussi complète de solutions médicamenteuses et non médicamenteuses pour traiter la douleur, le service d’algologie s’associe au centre psychosomatique du CHRU de Montpellier et devient le département « Douleur, Psychosomatique, Maladie Fonctionnelle ». Fort d’une expertise de 34 ans au service de milliers de patients et de la formation de générations de médecins et infirmiers, le département a toujours su adopter les approches les plus innovantes. Promoteur d’une prise en charge globale, respectueuse des liens entre le corps et l’esprit, entre le psychique et le somatique, l’équipe reconnaît le malade à la fois dans sa souffrance et dans sa douleur corporelle. A son actif des initiatives très appréciées des patients comme l’atelier d’imagination matérielle dynamique ou l’éducation thérapeutique du patient à la douleur…
Le département accueille des patients douloureux chroniques, souffrant de maladies fonctionnelles* pouvant être corrélées à des évènements et situations relationnelles traumatiques et que les traitements traditionnels n’ont pas pu soulager. Ces personnes sont adressées par les autres services du CHU ou par les médecins ou spécialistes de ville.
Soignés avec des traitements pour calmer la douleur, en hospitalisation de semaine, ou sans médicament en hospitalisation de jour, les patients suivent tous un projet de soins personnalisé défini par les médecins, la psychologue et l’ensemble de l’équipe du service. Si nécessaire, des activités de médiation appropriées à la  problématique du patient sont proposées. Ainsi, certaines sont plutôt liées au corps comme la relaxation, la neurostimulation, la mésothérapie en perfusion lente, l’expression corporelle, le massage, la sophrologie ou l’hydrothérapie. D’autres sont plus axés sur l’imaginaire comme la musicothérapie, l’hypnose et la sophrologie.
Des approches plus originales
L’offre de soins est complétée par des séances en ateliers de créativité : atelier d’imagination matérielle dynamique – thérapeutique élaborée par la psychanalyste Susana Rotbard – ou comme le photolangage.
Focus sur l’atelier d’imagination matérielle dynamique        
Parmi les espaces de médiation, l’atelier d’imagination matérielle dynamique offre au patient la possibilité de réaliser à partir de divers matériaux, des productions d’où émerge l’histoire de la personne. Les différents matériaux sollicitent le corps et la sensorialité visuelle, tactile et kinesthésique. Ils mobilisent une mémoire essentiellement corporelle en deçà des représentations et des associations conscientes. Ainsi, se réactivent des « restes » perceptifs de fragments de souvenirs ainsi que des traces d’actions oubliées. Tous ces éléments forment la couche profonde des rêves et de certaines manifestations d’essence onirique.
L’œuvre réalisée, dans sa double inscription corporelle et imaginaire, participe d’un travail d’élaboration en psychosomatique, en lien avec la pathologie du patient.
Comme l’art thérapie ou les groupes de parole, cette approche développe les capacités d’imaginaire du patient et l’aide à reprendre le contrôle sur sa souffrance. Le travail relationnel en psychosomatique permet de dépasser la dualité psychique et somatique en ouvrant sur l’histoire subjective de la personne malade dans laquelle s’inscrit la pathologie.
L’éducation thérapeutique du patient à la douleur
Contre les souffrances et les douleurs chroniques, l’équipe a mis en place un programme d’éducation thérapeutique, validé par l’Agence Régionale de Santé. L’enjeu : donner au malade le maximum de connaissances sur la maladie, ses conséquences, ses traitements et faire du patient un partenaire actif pour lutter contre les souffrances. Cette pratique double l’efficacité des traitements classiques.
Riche d’une longue expérience en matière d’éducation thérapeutique, l’équipe du département a vient de publier un ouvrage sur le sujet
Education thérapeutique des patients douloureux chroniques
Université de formation à l’art médical, 225p
Dr Patrick Giniès, Dr Didier Kong a Siou et Mme Germaine Boesch.
*sans lésion anatomique décelable

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.