Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Du bleu dans les yeux

Loïc Raguénès* a été accueilli par l'ensemble de l'équipe soignante du Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique, à l'invitation du Fonds Régional d'Art Contemporain (FRAC) de Bourgogne*. Quand l'art rencontre l'hôpital...

Loïc Raguénès* a été accueilli par l’ensemble de l’équipe soignante du Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique, à l’invitation du Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) de Bourgogne*. Quand l’art rencontre l’hôpital…


Oeuvre de Loïc Raguenès – salle d’attente du service de médecine interne et immunologie clinique – 2007

Le plasticien a choisi de travailler dans la salle d’attente faisant également office de salle télé, et très souvent d’hôpital de jour par manque de lits disponibles. C’est l’angoisse de l’attente, de l’attente des résultats d’un bilan ou de l’efficacité d’un traitement qui a justifié la transformation de ce lieu. L’artiste évoque la mer, faisant écho aux chambres des patients identifiées chacune par des noms d’îles. Il a créé une bulle de calme ou plutôt une bulle d’eau dans laquelle on peut venir se plonger. Cet endroit est devenu un endroit propice à la détente et à l’évasion dans ce « drôle de lieu de villégiature » que représente l’hôpital et que l’on ne choisit pas.

La technique de Loïc Raguénès laisse l’esprit à la dérive sans imposer une image fixe, délimitée ou découpée. Les dessins sont constitués de points plus ou moins gros et il existe ainsi une sorte de trame dévoilant un dessin tout en nuance. En fonction de la distance que l’on prend par rapport à la peinture, l’image est différente, parfois flottante, jamais imposée. C’est ainsi que le regard peut flotter et s’évader d’un quotidien difficile sans que rien ne soit jamais imposé. Ce rapport à la peinture fait écho à la relation de soins qui propose et se situe en permanence dans l’interaction avec le patient afin d’apporter des soins dans le respect et la liberté de chaque individu.

Un travail artistique une source d’apaisement pour les patients

L’oeuvre fait véritablement partie de l’identité du service. Cette intégration est telle que l’oeuvre déménagera avec le service dans le nouvel hôpital car l’artiste s’est engagé à la reproduire dans les nouveaux locaux. Pour les patients habitués du service de Médecine Interne c’est-à-dire atteints de maladies chroniques et suivis pendant de nombreuses années le travail de Loïc Raguénès restera le seul point de repère pérenne.
Par son action, l’artiste participe au processus de soins au quotidien. Par la sérénité dégagée, il adoucit les conditions de travail des agents…

Le FRAC Bourgogne & le Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique : une collaboration pérenne

La collaboration avec le FRAC Bourgogne a débuté en 2002 par l’installation temporaire d’une sculpture de Daniel Firman intitulée Gathering (2000) dans le hall d’accueil du service. Il s’agissait d’une sculpture monumentale représentant un homme debout envahi par les objets de la vie quotidienne. Cette sculpture était une curiosité, un dérivatif ludique, mais aussi un but de promenade pour les patients et leur famille et son lieu d’installation participait à l’étonnement de chacun.

Fort de cette expérience, le Service de Médecine Interne et Immunologie Clinique a demandé au FRAC Bourgogne, en 2004, qu’un projet pérenne soit conçu pour le service. Le Frac Bourgogne a invité Loïc Raguénès, artiste vivant à Dijon, et lui a demandé la production d’une oeuvre pour le service de Médecine Interne et d’Immunologie Clinique de l’hôpital du Bocage. Ce projet a été mené en étroite relation avec l’ensemble du personnel soignant du service.

* Projet mis en place par le Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) de Bourgogne, financé par le ministère de la culture et de la communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles – DRAC – de Bourgogne ) et l’ Agence Régionale de l’Hospitalisation – ARH – de Bourgogne, avec le soutien de la société AKZO Nobel – division Trimétal. Le FRAC Bourgogne reçoit le soutien du ministère de la culture et de la communication (Drac Bourgogne), du Conseil Régional de Bourgogne et du Conseil Général de Côte d’Or.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.