Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

En marche pour des prothèses totales de genou en ambulatoire à l’hôpital Edouard Herriot

Des prothèses totales de genou, implantées à des patients le matin, pour un retour à domicile à 18h. Une pratique que l’établissement lyonnais entend banaliser.
Des prothèses totales de genou, implantées à des patients le matin, pour un retour à domicile à 18h. Une pratique que l’établissement lyonnais entend banaliser.
Forte de son succès lors de deux précédentes interventions, l’équipe de chirurgie orthopédique du membre inférieur de l’hôpital Édouard Herriot de Lyon a décidé de pratiquer cette opération en ambulatoire dès que le patient correspond aux critères. Sachant que seules sont éligibles les personnes chez lesquelles il n’est pas relevé de comorbidités (tabagisme, obésité, problème coronarien, etc.)
Environ 270 prothèses totales de genou sont posées chaque année au sein du pavillon T de l’établissement, le plus souvent avec « navigation ». Une technique qui permet une implantation très précise de la prothèse de genou comme le ferait un GPS. Réaliser cette opération lourde en libérant le patient dans la journée, nécessite une coordination d’équipe sans faille. Un défi que l’établissement Lyonnais est prêt à relever. 
Maintenir les paramètres chirurgicaux en ambulatoire
«Nous souhaitions maintenir les paramètres chirurgicaux habituels, explique le Dr Vincent PIBAROT, chirurgien à l’initiative de la première opération en ambulatoire. Donc une anesthésie générale, une chirurgie naviguée et un drain de redon». Lors des deux interventions en question, un cocktail antidouleur avait été infiltré dans la plaie. Résultat probant : les deux patients ont évalué leur douleur à… 0/10 ! «Le kiné était présent dans la salle de réveil pour mobiliser les genoux», ajoute le chirurgien. Les deux opérés sont rentrés dans leur chambre vers 11h, se sont levés, ont déjeuné, puis marché dans le couloir… Une fois à leur domicile, c’est une société prestataire qui a pris le relais pendant 3 semaines.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.