Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Epinov: en place pour une chirurgie de précision de l’épilepsie

Lancé officiellement le 9 janvier 2018 à l'hôpital de la Timone (AP-HM) à Marseille, le projet Epinov est axé sur l’utilisation de la modélisation à large échelle des réseaux épileptogènes de patients épileptiques. Cette approche innovante permet de mieux guider les stratégies chirurgicales. Labellisé RHU (recherche hospitalo-universitaire), Epinov est doté d'une enveloppe de 5,8 M€.

Lancé officiellement le 9 janvier 2018 à l’hôpital de la Timone (AP-HM) à Marseille, le projet Epinov est axé sur l’utilisation de la modélisation à large échelle des réseaux épileptogènes de patients épileptiques. Cette approche innovante permet de mieux guider les stratégies chirurgicales. Labellisé RHU (recherche hospitalo-universitaire), Epinov est doté d’une enveloppe de 5,8 M€.
L’épilepsie résistante aux médicaments touche des milliers de patients dans le monde. En dépit des progrès techniques, le taux de réussite de la chirurgie cérébrale de l’épilepsie ne s’améliore pas, figé aux alentours de 50%. La non-résection ou une modulation insuffisante des noeuds et voies importantes au coeur du réseau épileptogène sont les principales causes d’échec de la chirurgie.
Pour tout candidat à la chirurgie, le facteur critique pour décider de la stratégie de traitement est une bonne estimation des résultats chirurgicaux. Or, aucune procédure fiable combinant les différents facteurs de pronostic pour un patient donné n’existe à ce jour, ce qui induit une grande incertitude pour prédire individuellement les effets de la chirurgie.

Une modélisation cérébrale à grande échelle

Le projet Epinov, basée sur la modélisation cérébrale à grande échelle grâce aux données individuelles des patients épileptiques, vise à proposer une nouvelle approche pour mieux guider les stratégies chirurgicales. 
Retenu parmi les 10 projets sélectionnés du troisième appel à projets «Recherche hospitalo-universitaire en santé » (RHU), lancé à l’occasion du Plan des Investissements d’Avenir français phase 3, et porté par le Pr Fabrice Bartolomei, le projet Epinov va précisément étudier le "rôle de la modélisation large échelle des réseaux épileptogènes dans le pronostic de la chirurgie de l’épilepsie".

Une étude dans 11 centres de chirurgie de l’épilepsie

Lancé par Aix-Marseille Université (AMU) en partenariat avec l’Inserm, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), les Hospices civils de Lyon (HCL) et Dassault Systèmes, Epinov va impliquer dans le cadre d’une étude multicentrique, onze centres de chirurgie de l’épilepsie en France, en utilisant une technologie neuro-informatique de simulation cérébrale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.