Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Equipes mobiles de gériatrie : l’hôpital toque à la porte des séniors

Aide au diagnostic, évaluation pour un maintien à domicile, préparation à une hospitalisation. A la demande des médecins traitants, les équipes mobiles de gériatrie des Hospices Civils de Lyon se rendent chez les patients afin d’optimiser le maintien à domicile ou d’anticiper d’éventuelles hospitalisations. Déployées en avril 2014, les 3 équipes ont ouvert un service hot line qui a enregistré 637 demandes d’intervention. 563 déplacements ont été organisés ; dans 12% des cas, le médecin gériatre a pu résoudre la situation par téléphone.

Aide au diagnostic, évaluation pour un maintien à domicile, préparation à une hospitalisation. A la demande des médecins traitants, les équipes mobiles de gériatrie des Hospices Civils de Lyon se rendent chez les patients afin d’optimiser le maintien à domicile ou d’anticiper d’éventuelles hospitalisations. Déployées en avril 2014, les 3 équipes ont ouvert un service hot line qui a enregistré 637 demandes d’intervention. 563 déplacements ont été organisés ; dans 12% des cas, le médecin gériatre a pu résoudre la situation par téléphone.
Une étude a montré que sur 238 demandes, seules 12% des personnes âgées ont été hospitalisées et ce, à deux mois d’intervalle après le déplacement de l’équipe. Un résultat très positif car pour beaucoup de ces patients fragiles, un séjour à l’hôpital risque d’aggraver la désorientation.

Des experts qui consultent à domicile
Les équipes sont composées, selon les besoins de la visite, de gériatre, d’infirmière spécialisée en gériatrie, d’assistante sociale, d’ergothérapeute*. Leur intervention vient en complément du travail effectué par le médecin traitant. Elles ont avant tout un rôle de conseil et d’expertise gériatrique : prévention des chutes, plaies et escarres, prise en charge nutritionnelle, troubles cognitifs, prévention de la iatrogénie…
Leurs visites conviennent aux patients qui n’ont pas besoin d’examens exigeant un plateau technique.

Des « hot line » pour des conseils en temps réel
Les équipes sont sollicitées via les hotlines gériatriques réservées aux médecins et aux professionnels de santé. A ces numéros dédiés, le décroché est assuré par un médecin gériatre. Les services proposés vont d’une aide au diagnostic à la préparation d’une hospitalisation, en passant par des conseils thérapeutiques ou d’orientation du patient dans la filière gériatrique (2 764 situations ont été analysées en 2014).
Ce dispositif vient compléter l’équipe EMMA (troubles du comportement dans la maladie d’Alzheimer) ainsi que les équipes mobiles de gérontopsychiatrie avec lesquelles elles collaborent.
Profil des patients
– Patients très lourds avec une dépendance importante et souvent des troubles cognitifs. 
– Plus de femmes que d’hommes.
– Une moyenne d’âge de 85 ans
– Délai d’intervention : 1 semaine.
– Important travail de préparation en amont pour chaque intervention ainsi qu’un temps notable de suivi après le déplacement

*Ces équipes financées par l’ARS, dépendent des services de gériatrie, de l’hôpital de la Croix Rousse pour le nord de l’agglomération, du centre hospitalier Lyon Sud pour le sud et pour l’Est de l’hôpital Edouard Herriot

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”