Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Espace de réflexion éthique : SANTE & SECRET, Que dire et à qui ?

Depuis 2004, l'espace régional de réflexion éthique enrichit de ses travaux la pratique soignante et le rapport que chacun entretient avec la maladie. Pour débattre de sujets sensibles comme les vulnérabilités, la fin de vie, dire et entendre l'annonce d'une maladie grave... l'espace régional de réflexion éthique organise chaque année un colloque. Cette manifestation réunit sur une journée plusieurs centaines de personnes (professionnels de santé, juristes,sociologues, religieux, grand public...). La prochaine rencontre intitulée "SANTE & SECRET : Que dire et à qui ?" se tiendra le 13 novembre 2007.

Depuis 2004, l’espace régional de réflexion éthique enrichit de ses travaux la pratique soignante et le rapport que chacun entretient avec la maladie. Pour débattre de sujets sensibles comme les vulnérabilités, la fin de vie, dire et entendre l’annonce d’une maladie grave… l’espace régional de réflexion éthique organise chaque année un colloque. Cette manifestation réunit sur une journée plusieurs centaines de personnes (professionnels de santé, juristes,sociologues, religieux, grand public…). La prochaine rencontre intitulée « SANTE & SECRET : Que dire et à qui ? » se tiendra le 13 novembre 2007.

Parallèlement, l’Espace de réflexion éthique du CHU a mis en place avec l’Université de Rouen, des « Conférences à l’hôpital » autour du thème « la vie est-elle sacrée ? ». Ces rencontres sont ouvertes à tous !

Un D.U. « éthique, soins et santé » est également proposé aux professionnels de santé.

Enfin, plusieurs groupes de réflexion éthique étudient les enjeux liés à la vie privée chez les personnes âgées, la fin de vie et les soins palliatifs, l’enseignement de l’éthique en formation initiale, la personne de confiance, ou encore les enjeux éthiques liés à la présence d’intervenants extérieurs, tels que des artistes, dans les services. Ces travaux sont conduits par des professionnels concernés par la dimension éthique dans leur pratique soignante. L’Espace de réflexion éthique est un support et un soutien pour ces activités, et assurera la diffusion de leurs résultats.

Chacun à l’hôpital peut participer ou animer un travail thématique au sein de l’Espace de réflexion éthique. Tous les thèmes en lien avec la réflexion éthique sur les pratiques hospitalière sont envisageables !
Retrouvez les informations, ainsi que des vidéos des diverses conférences sur l’Espace de réflexion éthique du CHU et ses activités sur Internet : www.chu-rouen.fr/ethique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.