Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Journée d’information sur l’insuffisance rénale chronique

Au CHU de Nantes, le 24 janvier prochain, une réunion d'information va permettre à près de 200 patients insuffisants rénaux chroniques de parfaire leurs connaissances sur leur pathologie et leurs traitements. Une première rencontre organisée en janvier 2008 a connu un grand succès.

Au CHU de Nantes, le 24 janvier prochain, une réunion d’information va permettre à près de 200 patients insuffisants rénaux chroniques de parfaire leurs connaissances sur leur pathologie et leurs traitements. Une première rencontre organisée en janvier 2008 a connu un grand succès.

Les reins en souffrance
L’insuffisance rénale chronique est la défaillance progressive, importante, et définitive de la fonction rénale.
On parle d’insuffisance rénale chronique terminale quand le recours à la dialyse périodique ou à la transplantation rénale est nécessaire car le rein ne fait plus face aux besoins de l’organisme.
On distingue plusieurs stades au cours de l’insuffisance rénale. Son évolution est variable, en fonction des néphropathies, aggravée par différents facteurs qu’il faut déceler et prévenir. Pour les patients, une bonne connaissance précoce, de la maladie, des facteurs aggravants et des différents traitements proposés, est primordiale pour une meilleure adhésion à la prise en charge, le choix et l’efficacité du traitement.

Une prise en charge pluridisciplinaire à Nantes
Le service de néphrologie, dirigé par le professeur Maryvonne Hourmant fait parti de l’institut de transplantation et de recherche en transplantation – urologie – néphrologie (IUN) du CHU de Nantes.

Le service assure la prise en charge médicale des personnes atteintes d’affections rénales, appelées néphropathies. Il comprend les unités de consultations, d’hospitalisation, d’hémodialyses, de greffe rénale et pancréatique.

Une journée d’information pour les patients et leur famille
Pour la deuxième année, le 24 janvier prochain, à l’amphithéâtre Kernéis de la faculté de médecine, l’équipe soignante de néphrologie du CHU (médecins, cadres de santé, infirmiers, aides-soignants, diététiciens, psychologues et assistantes sociales), associée à celle de l’Echo (expansion des centres d’hémodialyse de l’Ouest) et du centre hospitalier de La Roche Sur Yon, propose aux patients une rencontre, construite comme un congrès de professionnels adapté pour eux et leurs familles.

Au programme la connaissance des reins, de l’insuffisance rénale chronique et des différents modes de traitement proposés, étayés par des témoignages de patients.

Tout au long de la journée, les équipes soignantes seront aussi présentes sur des stands, pour répondre aux questions individuelles.

Contact professeur Maryvonne Hourmant, chef de service de néphrologie du CHU de Nantes au 02 40 08 74 53

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.