Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Haute-Garonne, département rose du 18 au 24 octobre

Affiches roses et noires sur tout le mobilier urbain de Toulouse rappelant que 2 avis c'est plus sûr : « 8% des cancers du sein diagnostiqués par le dépistage organisé le sont par la 2ème lecture », flyers, bracelets, étuis pour les baquettes de pain, rencontres en santé publique et culture, colloque, théâtre, chants, lectures, exposition de photos, témoignages de femmes... Toutes les formes de création artistiques et publicitaires ont été sollicitées pour convaincre les femmes de participer au dépistage organisé, meilleur moyen de lutter contre le cancer du sein. Rendez-vous du 18 au 24 octobre, dans les différents quartiers de Toulouse et dans les ville de Midi-Pyrénées.

Affiches roses et noires sur tout le mobilier urbain de Toulouse rappelant que 2 avis c’est plus sûr : « 8% des cancers du sein diagnostiqués par le dépistage organisé le sont par la 2ème lecture », flyers, bracelets, étuis pour les baquettes de pain, rencontres en santé publique et culture, colloque, théâtre, chants, lectures, exposition de photos, témoignages de femmes… Toutes les formes de création artistiques et publicitaires ont été sollicitées pour convaincre les femmes de participer au dépistage organisé, meilleur moyen de lutter contre le cancer du sein. Rendez-vous du 18 au 24 octobre, dans les différents quartiers de Toulouse et dans les ville de Midi-Pyrénées.

Orchestré par le Groupement d’intérêt Public : « Dépistage Organisé des Cancers en Haute-Garonne » (DOC 31), la campagne réunit les institutionnels : le CHU, le Centre de lutte contre le cancer, le cancéropôle et l’agence régionale de santé, les caisses d’assurance et mutuelles, les associations concernées et les industriels.

Inciter les femmes de 50 à 74 ans à réaliser une mammographie et relancer les personnes ne répondant pas à l’invitation. Un défi car en Haute-Garonne 155 000 femmes sont concernées mais le taux de participation reste faible. D’où l’idée de cette campagne culturelle et sanitaire, multi supports associant 15 partenaires. Ensemble ils ont mené une réflexion sur les moyens de faire progresser la participation.
Deux axes de travail ont été privilégiés : la mobilisation de la communauté médicale avec l’objectif d’établir un référentiel d’harmonisation et de coordination des pratiques professionnelles en matière de dépistage organisé, d’autre part une campagne d’information et de mobilisation des femmes et de leurs proches.

Le dépistage organisé du cancer du sein en quelques mots
Juste Pour toutes les femmes de 50 à 74 ans !
Gratuit Le coût des mammographies est pris en charge à 100% sans avance de frais.
Une chance Le cancer du sein atteint une femme sur huit. Il est grave, il est responsable de 12 000 décès par an en France. Le dépistage organisé est une chance offerte à toutes les femmes de 50 à 74 ans. Il faut la saisir ! Même une femme qui a déjà eu des mammographies hors du dépistage organisé (avant ou après 50 ans) peut toujours intégrer ce dépistage.
Utile et Efficace Les cancers diagnostiqués dans le cadre du dépistage organisé sont moins «méchants » (de meilleur pronostic) que ceux diagnostiqués lorsque les symptômes apparaissent.
Les traitements sont donc le plus souvent moins lourds et plus efficaces.
Fiable Une double lecture des mammographies a priori normales est systématique uniquement dans le dépistage organisé. 8% des cancers du sein diagnostiqués en France dans le cadre du dépistage organisé le sont grâce à la deuxième lecture systématique des mammographies par un deuxième radiologue. Tous les radiologues qui participent à ce dépistage suivent des formations régulières, spécifiques et obligatoires.
Le respect du libre choix Les femmes sont libres de consulter le radiologue de leur choix. Tous les cabinets de radiologie de la Haute-Garonne participent au dépistage organisé du cancer du sein. Le radiologue consulté pour le dépistage organisé utilise les mêmes compétences et le même matériel que lorsqu’il réalise une mammographie hors de ce dépistage sans la deuxième lecture. Dans le cadre du dépistage organisé le radiologue peut, s’il le juge nécessaire, associer une échographie aux mammographies.
Pratique Toutes les femmes de Haute-Garonne de 50 à 74 ans reçoivent tous les deux ans une invitation à participer au dépistage organisé du cancer du sein.

Le dépistage du cancer du sein par mammographie ne remplace pas un suivi gynécologique régulier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.