Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La recherche clinique brestoise a le vent en poupe

En recherche, la performance ne se mesure pas à la taille d'un établissement mais au dynamisme de ses équipes. Le CHU de Brest en est la preuve. Il vient de recevoir notification du financement de cinq Programmes Hospitaliers de Recherche Clinique dans le cadre de l'appel d'offres national organisé par le Ministère de la Santé.

En recherche, la performance ne se mesure pas à la taille d’un établissement mais au dynamisme de ses équipes. Le CHU de Brest en est la preuve. Il vient de recevoir notification du financement de cinq Programmes Hospitaliers de Recherche Clinique dans le cadre de l’appel d’offres national organisé par le Ministère de la Santé.

Le CHU de Brest se classe ainsi au 3ème rang national des CHU, hors Assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Ce bon résultat vient après la reconnaissance récente des deux unités INSERM et la labellisation en début d’année 2005 d’un Centre d’Investigation clinique.

La recherche brestoise puise son dynamisme dans le potentiel de ses équipes hospitalo-universitaire au rayonnement national. Le programme 2005 consacre les travaux de plusieurs d’entre elles.

Les cinq dossiers retenus cette année portent sur les thématiques suivantes
– la maladie thromboembolique axe de recherche d’une équipe d’accueil dirigée par le Professeur Dominique MOTTIER, avec deux projets retenus : les projets du Docteur Grégoire LE GAL (comparaison de deux stratégies diagnostiques face à une suspicion d’embolie pulmonaire chez les malades admis aux urgences) et du Docteur Karine LACUT (prévention de la maladie thromboembolique veineuse en réanimation).
– les soins aux prématurés avec la poursuite de l’important programme de recherche développé par le Département de Pédiatrie et son Unité de Réanimation Néonatale consacré récemment par la labellisation d’un Centre de Formation Européen : il s’agit du projet du Professeur Jacques SIZUN (impact neuro-développemental du programme NIDCAP chez les enfants nés avant terme).
– la chirurgie orthopédique avec un projet du Docteur Eric STINDEL et du Professeur DUBRANA sur une technique tout à fait innovante (traitement des lésions isolées du cartilage fémoral par greffe de chondrocytes autologues).
– le cancer, et plus particulièrement le cancer de la prostate au sein du service de chirurgie urologique dirigée par le Professeur FOURNIER, sur la base d’un projet porté par le Professeur Antoine VALERI (étude française sur le dépistage du cancer de la prostate dans les familles à risque : extension de l’étude à 8 ans).

L’implication des équipes du CHU de Brest dans des protocoles nationaux ou internationaux de recherche assure aux patients de Bretagne Occidentale un accès aux techniques les plus récentes, dans un cadre scientifique rigoureux, garantissant l’évaluation des nouvelles pratiques, dans une logique de sécurité et de qualité.
Elle profite aussi à son environnement pour exemple, l’intégration du CHU dans deux pôles de compétitivité récemment labellisés : sea-nergie et Alimentation Demain.

Définition
Les programmes hospitaliers nationaux de recherche clinique
Chaque année depuis 1993, le Ministère de la santé lance des appels d’offres nationaux auprès de l’ensemble des équipes médicales des hôpitaux français, et plus spécialement des Centres Hospitaliers Universitaires. Il s’agit d’une sélection officielle, particulièrement exigeante, qui s’établit sur la base d’au moins deux expertises anonymisées et d’une cotation des projets extrêmement stricte placée sous le contrôle du Comité National de la Recherche Clinique. Les résultats fournissent un des principaux indicateurs de performance des établissements en matière de recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.