Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La recherche : enjeu capital pour le CHU

Les CHU de taille moyenne, comme le CHU de Reims, doivent concilier une activité de soins de proximité et de recours avec leur mission de centre de formation, d'enseignement et de recherche. Conscient des risques de déséquilibre entre ces deux missions fondamentales, le CHU de Reims met en place une politique volontariste de développement de sa vocation universitaire, socle de sa légitimité de Centre de référence. Dans un éditorial commun, Christiane Coudrier, Directeur Général et le Pr Philippe Gillery, Président de la CME, dressent le constat de la situation et définissent la démarche de valorisation de la recherche.

Les CHU de taille moyenne, comme le CHU de Reims, doivent concilier une activité de soins de proximité et de recours avec leur mission de centre de formation, d’enseignement et de recherche. Conscient des risques de déséquilibre entre ces deux missions fondamentales, le CHU de Reims met en place une politique volontariste de développement de sa vocation universitaire, socle de sa légitimité de Centre de référence. Dans un éditorial commun, Christiane Coudrier, Directeur Général et le Pr Philippe Gillery, Président de la CME, dressent le constat de la situation et définissent la démarche de valorisation de la recherche.

«Renforcer la vocation de recours régional et orienter l’organisation et l’activité vers une mission de diagnostic et de traitement précoces constituent le socle des orientations stratégiques du CHU de Reims. Pour ce faire, l’établissement doit affirmer sa dimension hospitalo-universitaire au travers d’une recherche développée, structurée et dynamique. Or la place de la recherche clinique est insuffisante au CHU de Reims. Les causes de ce déficit sont multiples : démographie médicale, diffusion insuffisante d’un savoir-faire, & autant de facteurs qui ne stimulent pas l’implication des jeunes médecins » constatent les responsables.

Pour pallier cette faiblesse, priorité absolue est donnée à la recherche. Les synergies entre les structures internes destinées à soutenir les projets seront développées. Trois instances travailleront étroitement ensemble et seront coordonnées par un comité : la délégation à la recherche clinique (DRC), chargée de définir la stratégie de recherche clinique de l’établissement, l’unité d’aide méthodologique (UAM), qui apporte une aide pour tous les aspects administratifs et réglementaires, et le centre de recherche clinique (CRC) qui vient d’être créé pour faciliter la réalisation pratique des projets (recrutement de volontaires, prélèvements, recueil de données, garantie du respect des bonnes pratiques de la qualité et de l’éthique &).

Le CHU prévoit de s’ouvrir davantage aux partenaires naturels de la recherche que sont l’INSERM, le CNRS et le pôle santé de l’Université, et notamment la Faculté de Médecine ou l’Institut Fédératif de Recherche 53.

Au programme : harmonisation des thèmes et mise en commun de moyens matériels et humains. Un comité de coordination de recherche en médecine santé fera le lien entre l’activité de recherche des cliniciens et des fondamentalistes. Cette démarche bénéficie d’un contexte porteur avec le développement du cancéropôle Grand-Est, la création d’un centre de ressources biologiques et la transformation annoncée du CRC en Centre d’Investigation Clinique.
Une fois ces dispositifs mis en place, les conditions seront réunies pour que la recherche rémoise prenne son essor. « Encore faut-il qu’il y ait suffisamment de personnel médical pour mener à bien les projets d’amélioration des connaissances, des techniques et des traitements ! » tempèrent certains observateurs.

Pour la campagne 2004, le CHU de Reims a présenté 2 protocoles Programmes Hospitaliers de Recherche Clinique (PHRC) Nationaux et 9 protocoles PHRC régionaux et retenu 4 protocoles dans le cadre d’appels d’offres locaux.

1 PHRC National retenu par le Ministère en 2004 « Evaluation de la Qualité de Vie chez le sujet âgé dément : validation d’un instrument spécifique »

9 PHRC Régionaux retenus en 2004
– « Evaluation et traitement de l’inflammation bronchique dans la mucoviscidose : étude de l’action du salmétérol-fluticasone sur les fonctions respiratoires et épithéliales »
– « Traitement endovasculaire des anévrysmes rompus de l’aorte abdominale sous-rénale. Etude TEAR »
– « Efficacité de l’administration de la Ceftazidine en perfusion continue dans les pneumopathies sous ventilation mécanique »
– « Identification des facteurs professionnels favorisant l’apparition des bronchopneumopathies chroniques obstructives »
– « Etude de l’implication des cellules épithéliales bronchiques au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) »
– « La procalcitonine (PCT) en pratique clinique en réanimation : est-elle un outil d’aide à la stratégie diagnostique et thérapeutique ? »
– « Impact de l’insuffisance rénale sur le Néfopam pour l’analgésie post-opératoire »
– « Comparaison de l’efficacité de deux modes d’administration intra-veineuse du Néfopam »
– « Détermination de la valeur prédictive des polymorphismes de l’IL-10 dans la survenue de pertes foetales spontanées précoces et d’échecs de fécondation in vitro (FIV) »

4 appels d’offres locaux retenus
– « Analyse de l’expression immuno-histochimique de phospho-Akt dans les cancers coliques : corrélation avec les variables pronostiques et clinico-pathologiques »
– « Evaluation de l’aspect des métastases de nature endocrine à l’échographie de contraste (SONOVUE) et comparaison à l’IRM »
– « Implication des papillomavirus humains (HPV) dans le cancer de l’amygdale »
– « Evaluation de la protection de la fonction rénale de l’insuffisant rénal chronique non dialysé par l’acétylcystéïne lors d’une chirurgie cardiaque avec circulation extracorporelle »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.