Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La stimulation du cortex cérébral moteur à visée antalgique

En juillet 2004, l'équipe de neurochirurgie a réalisé la première implantation d'un stimulateur cortical cérébral à visée antalgique en Bretagne. Ce traitement novateur qui intéresse au premier chef les personnes souffrant de douleurs neuropathiques d'origine centrale : douleurs faciales (anesthésie douloureuse de la face), douleurs secondaires suites à un accident vasculaire cérébral (douleurs « thalamiques »), à un arrachement du plexus brachial, à une atteinte de la moelle épinière. La sélection des patients est très rigoureuse, elle intervient après consultation de l'unité pluridisciplinaire d'évaluation et de traitement de la douleur.

En juillet 2004, l’équipe de neurochirurgie a réalisé la première implantation d’un stimulateur cortical cérébral à visée antalgique en Bretagne. Ce traitement novateur qui intéresse au premier chef les personnes souffrant de douleurs neuropathiques d’origine centrale : douleurs faciales (anesthésie douloureuse de la face), douleurs secondaires suites à un accident vasculaire cérébral (douleurs « thalamiques »), à un arrachement du plexus brachial, à une atteinte de la moelle épinière. La sélection des patients est très rigoureuse, elle intervient après consultation de l’unité pluridisciplinaire d’évaluation et de traitement de la douleur.

La neuromodulation
Toute lésion du système nerveux induit des mécanismes aboutissant à une décharge anarchique de certains neurones responsables de l’apparition et de la pérennisation de douleurs « neuropathiques » souvent difficiles à traiter. En complément au traitement médicamenteux (antidépresseurs tricycliques, anti-épileptiques), des techniques de stimulation de zones très précises du système nerveux central donnent des résultats intéressants. Le principe de ces techniques dites de neuromodulation repose sur la possibilité de moduler le fonctionnement de certains neurones situés dans la moelle épinière ou dans l’encéphale et d’inhiber ainsi les influx douloureux.
Lorsque l’atteinte initiale intéresse le système nerveux périphérique (racines nerveuses, nerfs périphériques), la technique la plus adéquate est la stimulation des cordons postérieurs de la moelle épinière. Apparue en 1973, elle est couramment pratiquée au CHU de Brest depuis les années quatre-vingt, mais est inefficace sur les douleurs centrales par atteinte du système nerveux central.

La stimulation du cortex cérébral moteur frontal, situé en avant du sillon de Rolando, permet d’obtenir un soulagement satisfaisant à long terme chez 60 à 75 % des patients ayant une douleur centrale. Apparue au Japon en 1991, elle est restée initialement très confidentielle (50 cas dans le Monde de 1991 à 1997) car les résultats étaient mitigés du fait de la difficulté de repérer avec précision la zone à stimuler. La précision du placement des électrodes de stimulation est le facteur essentiel de la réussite du traitement.
Les travaux récents du Pr. N’Guyen, Neurochirurgien au CHU Mondor à Créteil ont permis de repérer la région stimulée avec la plus haute précision, en intégrant les techniques les plus modernes d’imagerie médicale, de repérage chirurgical per-opératoire et de neurophysiologie. Il devient désormais possible de stimuler sélectivement l’aire corticale responsable de la motricité du visage, du membre supérieur, du membre inférieur.

L’intervention proprement dite consiste à réaliser une petite crâniotomie, puis à placer une ou deux électrodes de stimulation sur la dure-mère,immédiatement en avant et au-dessus de la projection supposée du sillon de Rolando, précisée par le système de neuronavigation per-opératoire disponible en Neurochirurgie depuis 2001. Une étude électrophysiologique per-opératoire (potentiels évoqués somesthésiques) permet de préciser la topographie fonctionnelle du sillon de Rolando qui doit correspondre parfaitement avec l’IRM. Enfin, les électrodes sont définitivement placées et connectées à un boîtier (pile) placé dans une logette sous-cutanée sous la clavicule.

De nouvelles perspectives pour le traitement de certaines maladies mentales
Cette intervention de neurochirurgie fonctionnelle fait désormais partie de l’arsenal thérapeutique disponible au CHU de Brest pour les patients ayant une douleur neuropathique centrale, qui étaient jusqu’à présent adressés à Créteil. Ce traitement novateur est le fruit de l’association de différentes techniques de pointe et illustre l’intérêt d’une collaboration étroite entre les différents acteurs (Unité de la Douleur, Neurochirurgie, Imagerie médicale et Explorations Fonctionnelles neurologiques). Des études sont en cours pour étendre les indications de ce traitement en dehors du domaine de la douleur (acouphènes invalidantes, dépressions sévères, Troubles Obsessionnels Compulsifs, …).

D’après un article du Dr Dam Hieu, neurochirurgien.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”