Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHR s’implique dans une action exemplaire de santé communautaire et de travail en réseau

Des "femmes relais santé" au service de la santé des habitants du quartier de l'Argonne à Orléans Elles se prénomment Marieta, Haby, Oumhani, Joachime, Ginette, Nina, Patricia. Elles sont originaires du Sénégal, de l'ancien Congo Belge, d'Algérie, d'Italie, de Mauritanie. La plupart d'entre elles vivent sur le quartier de l'Argonne à Orléans depuis plus de 20 ans. Elles parlent, à elles toutes, 13 langues différentes (poular, limgala, swaili, ki kongo, bambara, wolof, kabyle, berbère, arabe, anglais, soninke, italien, français). Elles ne sont pas des soignantes. Elles ne sont pas de la police, encore moins des assistantes sociales. Leur mission est de faire le relais entre les habitants et les professionnels de santé : ce sont des « femmes relais santé » qui savent délivrer des messages de prévention, orienter et accompagner les habitants dans leurs démarches de soins et de santé.

Elles travaillent avec tous les professionnels de santé du quartier (Pharmaciens, médecins), les intervenants sociaux, la Protection Maternelle Infantile (PMI)…

Des liens forts existent aussi avec des professionnels de santé des services diététique, médecine interne, maternité du Centre Hospitalier Régional d’Orléans.

De nombreux professionnels de santé, du secteur sanitaire et social, de l’éducation se sont engagés dans cette démarche de santé communautaire*.

Pour en garantir la réussite, un comité de pilotage a été constitué.

Il regroupe les associations ADAMIF, AMFAD, AFAD, APLEAT, CODES 45, le réseau ville hôpital sida 45, la régie de quartier Argonne Service Plus, le réseau d’échanges réciproques de savoirs, le Conseil Général/UTAS Orléans Nord, le DSU Argonne, la direction Environnement Santé de la ville d’Orléans, et le Centre Hospitalier Régional d’Orléans.

Ensemble, professionnels et habitants se reconnaissent, se forment, apprennent des uns et des autres en permanence pour faciliter l’accès à la prévention et aux soins des publics les plus éloignés du système de santé.
Dans l’interaction avec les soignants, les professionnels de la santé et du social, les  » femmes relais santé » apportent des clefs de lecture concernant la culture, la religion, les croyances.
C’est d’une grande richesse pour mieux travailler avec les habitants et les patients.

Le réseau Ville Hôpital sida 45, porteur des actions formation des « femmes relais santé », a d’ailleurs été récompensé, en février dernier, à Lyon lors d’un colloque organisé par le Laboratoire Bristol Myers Squibb pour ce projet de santé communautaire et le travail en réseau accompli depuis plus de trois ans autour de ces « femmes relais santé ».

CONTACT S :
– Réseau ville-hôpital SIDA 45 :
Coordonnatrice : Maryse TOURNE 02 38 74 40 15
Fax : 02 38 74 40 05 Messagerie : href= »mailto:ressida45@aol.com »
– Comité Départemental d’Education pour la santé du LOIRET (CODES 45)
Chargé de projet : Romain LANIESSE
Tél. fax : 02 38 54 50 96
Messagerie : href= »mailto:codes45@online.fr »

* santé communautaire
La santé communautaire implique une réelle participation de la communauté à l’amélioration de sa santé : réflexions sur les besoins, les priorités ; mise en place, gestion et évaluation des activités. Il y a santé communautaire quand les membres d’une collectivité, géographique ou sociale, réfléchissent en commun sur leurs problèmes de santé, expriment des besoins prioritaires et participent activement à la mise en place et au déroulement des activités les plus aptes à répondre à ces priorités.
(Source : MANCIAUX M., DESCHAMPS J-P. La santé de la mère et de l’enfant, Flammarion Médecine Sciences, Paris, 1978, p.31.)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”