Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHR : une légende qui traverse le temps

« Pour moi qui ai traversé le temps, connu le bon et le mauvais côté des choses, le bon et le mauvais côté des hommes, l'essentiel reste ma vocation humaniste. Car au-delà de mon architecture, de ma haute technologie, de l'hyper-spécialisation médicale, je ne perds jamais de vue que, dans mes murs, ce sont des hommes et des femmes qui soignent des hommes et des femmes de toutes conditions et à toute heure du jour et de la nuit. Et c'est fort de ce constat que j'envisage sereinement mon avenir. » Dans une société prise dans la tourmente d'une crise mondiale, tenir entre les mains un livre sur l'histoire plusieurs fois séculaire d'un hôpital a quelque chose de rassurant.

« Pour moi qui ai traversé le temps, connu le bon et le mauvais côté des choses, le bon et le mauvais côté des hommes, l’essentiel reste ma vocation humaniste. Car au-delà de mon architecture, de ma haute technologie, de l’hyper-spécialisation médicale, je ne perds jamais de vue que, dans mes murs, ce sont des hommes et des femmes qui soignent des hommes et des femmes de toutes conditions et à toute heure du jour et de la nuit. Et c’est fort de ce constat que j’envisage sereinement mon avenir. »
La traversée du temps – Un hôpital dans sa ville : Orléans – Marc Arnaud – 196 pages – Editions France Biographie – Nov 2008

Dans une société prise dans la tourmente d’une crise mondiale, tenir entre les mains un livre sur l’histoire plusieurs fois séculaire d’un hôpital a quelque chose de rassurant. Le roman du CHR d’Orléans nous dit clairement que, quelle que soit la folie du moment, l’humanité conserve assez de sagesse pour préserver l’essentiel : un lieu pour accueillir, soigner, guérir, accompagner…

Dans un ouvrage richement illustré, l’hôpital d’Orléans se raconte à la première personne. Il évoque son destin étroitement lié à celui de la cité qui l’abrite. Né à l’ombre de la cathédrale Sainte-Croix à la fin VIIIème siècle, il a croisé Jeanne d’Arc et s’en souvient comme d’une bénédiction.

Guerres et famines traversent ses souvenirs. Il a lutté contre la faim, le choléra, connu l’occupation allemande et les tirs d’obus et survécu à tous ces drames. A lui seul, il incarne la noblesse d’un destin fait de mains tendues aux infimes, d’aide portée aux miséreux, de recueil d’enfants abandonnés, de soins dispensés aux malades et « aux affligés du côté de l’esprit ».

Au fil du temps il a grandi et dû changer plusieurs fois de maisons et de noms selon la coutume du moment: maladrerie au moyen âge, hospice, hôtel Dieu et désormais centre hospitalier régional. Avant de quitter définitivement les pavillons de la Porte Madeleine pour regrouper toutes ses activités sur le site de La Source en 2014 dans des bâtiments d’un futurisme audacieux, il a confié un travail de mémoire à Marc Arnaud qui signe un livre et un DVD de 73 minutes.

Et l’on quitte ce récit en pensant que les multiples visages arborés par l’hôpital au fil des siècles ne sont finalement que les déclinaisons du mot hospitalité. Valeur que les soignants ont toujours su préserver et transmettre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”