Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU alerte le ministre sur les injustices dont il est victime

Condamné à des pénalités excessives pour des erreurs de codage et confronté au gel imprévu de trois dotations budgétaires, le CHU de Dijon rencontre des difficultés financières alors même qu'il est engagé sur la voie du redressement financier. Pour éviter de pénaliser l'établissement et trouver une solution équitable, les membres du conseil de surveillance ont rencontré Xavier Bertrand, ministre de la santé, le 14 septembre 2011. Aujourd’hui, le CHU de Dijon a la certitude d’avoir été entendu et attend des signes d’encouragement tangibles.

Condamné à des pénalités excessives pour des erreurs de codage et confronté au gel imprévu de trois dotations budgétaires, le CHU de Dijon rencontre des difficultés financières alors même qu’il est engagé sur la voie du redressement financier. Pour éviter de pénaliser l’établissement et trouver une solution équitable, les membres du conseil de surveillance ont rencontré Xavier Bertrand, ministre de la santé, le 14 septembre 2011. Aujourd’hui, le CHU de Dijon a la certitude d’avoir été entendu et attend des signes d’encouragement tangibles.
La délégation était composée de François Rebsamen, Président du Conseil de Surveillance du CHU de Dijon, Pierre-Charles Pons, Directeur Général, et Claude Girard, Président de la Commission Médicale d’Etablissement, accompagnés de Rémi Delatte, Député UMP de la deuxième circonscription de Côte-d’Or.

Des sanctions excessives

Au CHU de Dijon, le dispositif de Contrôle de Qualité Externe confié à l’Assurance Maladie a commencé à s’appliquer aux séjours de 2005 et porte sur :
–  les sommes que le CHU aurait indûment perçues et qu’il doit rembourser du fait de ses erreurs de codage – à noter que pour les erreurs en la défaveur du CHU, l’Assurance Maladie ne rembourse jamais l’établissement-
 –  un régime de sanction. Ce régime est dénoncé par le CHU qui se considère injustement visé. En effet, alors que le montant des indus du CHU ne cesse de diminuer sur 4 ans, la sanction maximale envisagée par l’Assurance Maladie atteignait 3.700.000 € (40 fois l’indu). L’Agence Régionale de Santé, prenant en compte les arguments et engagements de l’établissement, a notifié le 31 Décembre 2010 une sanction ramenée à 740.000 €. Néanmoins, celle-ci demeure excessive et injuste. Un recours gracieux a été fait à l’ARS et le CHU attendons le retour écrit.

Des engagements actés mais non respectés par les tutelles 

Par ailleurs, le CHU n’a pas bénéficié de trois dotations budgétaires qu’il attendait pour un total de 10.000.000 € :
– Un complément de financement de ses missions d’intérêt général à hauteur de 6.200.000 €
– Une partie du financement attendu en aide à la Contractualisation pour Bocage Central (1.200.000 €)
– L’accompagnement exceptionnel demandé pour le transfert de la Phase 1 de Bocage Central (2.600.000€)
Ces sommes correspondaient d’une part à des engagements de l’Etat dans le cadre du Plan de Retour à l’Equilibre budgétaire signé avec l’ARH en octobre 2008 et d’autre part à une aide habituelle que le Ministère accorde aux établissements confrontés aux coûts ponctuels et lourds liés à une opération telle que la reconstruction de Bocage central.
Pour sa défense, le CHU fait valoir que, de son côté, il a scrupuleusement respecté les engagements arrêtés en 2008 et rappelle les nombreux efforts réalisés par l’ensemble des personnels de l’établissement dans le cadre du Plan de Retour à l’Equilibre budgétaire.  Ainsi, le CHU a maîtrisé ses dépenses de personnels en renégociant fin 2008 l’accord local RTT.
Grâce à ces efforts, il est parvenu fin 2009 à un résultat à peine déficitaire (près de 1M€) et aurait donc vraisemblablement terminé l’exercice 2010 avec un excédent si les engagements des tutelles avaient été respectés. De plus, son activité progresse depuis 2 ans de manière remarquable : +5% en 2009 et +4% en 2010, signant la reconnaissance des compétences de ses équipes médicales et de la qualité des équipes paramédicales.

Enfin l’établissement a ouvert Bocage Central dans les délais prévus et sans difficultés majeures grâce aux efforts de chacun et à une implication collective exemplaire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.