Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Rennes signe la \ »Charte Romain Jacob\ » handicap & soins

Signature commune CHU de Rennes – Groupe HSTV de la Charte Romain Jacob

rn
Dans le cadre de leur partenariat privilégié, le CHU de Rennes et le rngroupe Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV), défenseurs des rnmêmes valeurs d’humanisme et de service public, améliorent et rncoordonnent leurs offres de soins respectives au service des personnes rnporteuses de handicap afin de fluidifier d’améliorer leur accès aux rnsoins. rn
rn
A l\’issue d\’un colloque Handicap et Soins, le CHU de Rennes rnet le Groupe HSTV ont signé le 8 janvier 2019  la Charte Romain Jacob rnsous le regard bienveillant et accompagnant de Monsieur Pascal rnJacob, Président de l’association Handidactique. L’objectif de rncette charte : fédérer l’ensemble des acteurs régionaux et nationaux rnautour de l’amélioration de l’accès aux soins et à la santé des rnpersonnes en situation de handicap.rn
rn
Cet engagement commun permet ainsi de lancer une nouvelle dynamique rnpartagée et de dégager les nouveaux axes d’actions en faveur des rnpersonnes handicapées.rn

L’amélioration de l’accès aux soins des personnes handicapées : rnobjectif 2019 du Comité mixte patients-professionnels de santé du CHU dern Rennes

rn
Pour le CHU de Rennes, la signature de la Charte Romain Jacob représente « un engagement fort pour améliorer l’accès aux soins des personnes en situation de handicap au sein de notre CHU » affirme Madame Anatole-Touzet, directrice générale. 

Nousrn ne devons laisser aucun patient de côté : c’est notre mission de rnservice public que de garantir à chacun une prise en charge en fonction rnde ses besoins.

Améliorer rnl’accompagnement, la visibilité et la coordination des prises en charge rnet de l’accueil, mieux former et sensibiliser les professionnels de rnsanté : tels sont les engagements de l’établissement pour les patients rnporteurs de handicap ! Dès 2018, le comité mixte patients-professionnelsrn de santé de l’établissement s’était saisi du sujet, en application de rnla charte du CHU sur le parcours patient (art. 10) : l’amélioration de rnl’accès aux soins des personnes handicapées est en effet l’objectif 2019rn des groupes de travail issus du comité. rn
rn
D’autres éléments de contexte ont également participé à la décision rntels que les indications du Guide HAS sur l’accueil et la prise en rncharge des personnes handicapées et l’intégration, dans le référentiel rnCertification V 2020, de la prise en charge des personnes en situation rnde handicap au sein de la thématique centrale des parcours patient. rn
rn
Le CHU entend donc conforter les actions existantes et en impulser dern nouvelles. Dans ce cadre, l’établissement a récemment participé à la rnréponse à un appel à projet régional sur des dispositifs de rnconsultations dédiées aux soins des personnes en situation complexe de rnhandicap (enfants et adultes) et organisera, en 2019 une semaine rnthématique « qualité et sécurité des soins » dédiée à la prise en chargern des personnes en situation de handicap afin de sensibiliser tous les rnprofessionnels sur cet enjeu. Le groupe de travail du comité mixte rnpatients-professionnels de santé proposera des actions sur l’adaptation rndes pratiques d’accueil et de soins des personnes handicapées. Enfin, larn mise en oeuvre de l’Agenda d’accessibilité programmé en application de rnla loi Handicap du 11 février 2005 (31 bâtiments concernés par la mise rnen accessibilité des locaux) sera poursuivie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.