Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le labrador Eliott, cabothérapeute à 80% en gériatrie

Les pensionnaires de l’hôpital gériatrique des Charpennes ont accueilli un nouveau visiteur, à la fois compagnon et professionnel : Eliott, un labrador de 3 ans. Cet auxiliaire pas comme les autres agit comme un puissant stimulant auprès des victimes d’AVC qui s'impliquent davantage dans leurs exercices d’ergothérapie et de kinésithérapie. Eliott sait aussi apaiser les séniors désorientés souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Les pensionnaires de l’hôpital gériatrique des Charpennes ont accueilli un nouveau visiteur, à la fois compagnon et professionnel : Eliott, un labrador de 3 ans. Cet auxiliaire pas comme les autres agit comme un puissant stimulant auprès des victimes d’AVC qui s’impliquent davantage dans leurs exercices d’ergothérapie et de kinésithérapie. Eliott sait aussi apaiser les séniors désorientés souffrant de la maladie d’Alzheimer. Réformé de l’école de chiens guides d’aveugles de Lyon, Eliott intervient en post AVC, long séjour et prochainement dans l’unité cognitivo comportementale.
En France, la zoothérapie est peu répandue. Le chien, avant tout considéré comme un animal de compagnie, est souvent associé aux animations en maison de retraite. Or son intervention peut être bénéfique dans le cadre d’exercices de rééducation de personnes âgées. La présence de l’animal les stimule, les incite à sortir d’un certain repli pour s’ouvrir au monde.
Une étude clinique est en cours d’élaboration pour démontrer l’apport du cabothérapeute, un facteur de motivation attachant et singulier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.