Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Sciences du mouvement : Marseille fonde son expertise sur une recherche interdisciplinaire

Malformation, fracture, prothèse, usure des os et articulations due au vieillissement… Marseille dispose d’une équipe de recherche spécialisée dans le système ostéoarticulaire : le GIBoc ou Groupe Interdisciplinaire en Biomécanique ostéoarticulaire. Unique en France par sa dimension et son approche complémentaire, le GIBoc met en synergie les compétences des biomécaniciens, biologistes, spécialistes des biomatériaux et cliniciens, radiologues dans un seul but : mieux comprendre le système ostéo-articulaire sain, pathologique ou réparé. Cette approche intégrée est multi-échelle et multi-physique.
Malformation, fracture, prothèse, usure des os et articulations due au vieillissement… Marseille dispose d’une équipe de recherche spécialisée dans le système ostéoarticulaire : le GIBoc ou Groupe Interdisciplinaire en Biomécanique ostéoarticulaire. Unique en France par sa dimension et son approche complémentaire, le GIBoc met en synergie les compétences des biomécaniciens, biologistes, spécialistes des biomatériaux et cliniciens, radiologues dans un seul but : mieux comprendre le système ostéo-articulaire sain, pathologique ou réparé. Cette approche intégrée est multi-échelle et multi-physique.

Avec un effectif de 21 chercheurs, le GIBoc dispose de la plus importante équipe multidisciplinaire française traitant de sciences fondamentales dans le domaine de la biomécanique implantée en site hospitalier. Il s’agit, également de la première équipe marseillaise ayant comme tutelle le CNRS.

La caractérisation des matériaux biologiques, la régénération de grands volumes osseux,  la modélisation des interactions matériaux de l’ingénieur/matériaux vivants, l’étude du triplet mécanique/géométrie/matériau devraient permettre à moyen terme d’estimer le comportement du matériau osseux du patient avant arthroplastie (ostéoporose, arthrite) et de maîtriser la conception, la fabrication et l’implantation des solutions réparatrices (prothèses, réparation locale…) en particulier en ingénierie tissulaire.  

Les activités scientifiques de l’équipe GIBoc  concernent plus particulièrement trois thématiques : 
L’os en croissance et les organes de croissance de l’os (le cartilage et le périoste) associés également aux problèmes de régénération tissulaire en présence ou non d’un biomatériau aux échelles cellulaires et tissulaires. 
La qualité osseuse en présence ou non d’un biomatériau ; la connaissance des caractéristiques mécaniques de l’os et du cartilage est indispensable pour la compréhension des mécanismes de fracture et pour le choix des techniques thérapeutiques. 
Les dispositifs médicaux implantables ; le comportement à long terme des prothèses est un problème accentué par le vieillissement de la population. Les travaux de l’équipe visent à apporter de nouveaux outils pour appréhender les mécanismes qui conditionnent la longévité des dispositifs médicaux implantables et pour les optimiser. 

Forte de cette expertise, l’équipe apporte un soin sur mesure à chaque patient qu’il s’agisse de réparation du tissu osseux, de traitement des fractures, des articulations et ligaments et de la pose de prothèse.
L’insertion en au sein de l’Institut du Mouvement et de l’Appareil Locomoteur (IML – Hôpital Sainte-Marguerite) est un atout pour la formation des cliniciens aux techniques de l’ingénieur qu’il s’agisse de caractérisation expérimentale ou de simulation numérique. L’équipe a la responsabilité du Master Bioingénierie des Tissus et des Implants qui accueille des ingénieurs, des scientifiques et des cliniciens.
 
Un pôle d’expertises original dans le domaine ostéo-articulaire 
La plateforme expérimentale du GIBoc associe imagerie, expérimentation mécanique et modélisation numérique à des activités cliniques. L’équipe dispose de machines de traction statique et dynamique Le développement de l’équipe sur le site hospitalo-universitaire permet la réalisation d’essais sur éprouvettes biologiques originaux dans le cadre de protocoles que seul ce rapprochement autorise : imagerie clinique/ essais mécaniques caractérisation des matériaux – essais à rupture / analyse biologique. 

Les financements
L’installation du GIBoc au sein de l’Institut du Mouvement et de l’Appareil Locomoteur.a bénéficié d’un co-financement de l’AP-HM dans le cadre du contrat quinquennal 2012-2018 et du mécénat d’entreprise. Les dotations de l’Institut des sciences du mouvement Etienne-Jules Marey ont été complétées par des projets (ANR, FUI, Carnot…) et des contrats avec des sociétés. Ces fonds ont été affectés à l’acquisition de moyens d’information et expérimentaux. Un micro-indenteur dédié à de la recherche sur la qualité mécanique des tissus du système ostéoarticulaire : os, ligaments et cartilage a pu être acquis grâce à la Fondation du Crédit Agricole.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.