Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le virtuel à l’épreuve de la violence et de l’addiction : une réflexion concertée portée par Marseille

Le virtuel floute les frontières de la réalité et propose un nouveau rapport aux autres mais aussi à l'interdit. Le virtuel rend-il les déviances plus accessibles ? Comment qualifier et aborder les transgressions particulières qu'il rend possible ? A toutes ces questions, la société doit trouver des réponses concertées. D'où l'importance du travail original de réflexion sur l'usage transgressif des nouvelles technologies conduit à Marseille...

Le virtuel floute les frontières de la réalité et propose un nouveau rapport aux autres mais aussi à l’interdit. Le virtuel rend-il les déviances plus accessibles ? Comment qualifier et aborder les transgressions particulières qu’il rend possible sans victime directe et presque sans matérialité (infractions sexuelles, cyberpédopornographie et pédophilie) ? A toutes ces questions, la société doit trouver des réponses concertées. D’où l’importance du travail original de réflexion sur l’usage transgressif des nouvelles technologies que les équipes de Marseille conduisent durant deux journées d’information et d’échange sur le thème "Le virtuel et ses enjeux – Nouvelles technologies, Violence et Symptôme". Cette rencontre, destinée aux soignants, mais aussi aux professionnels de la justice, de l’accompagnement social, de l’éducation ou de la pénitentiaire, se déroulera les jeudi 10 et vendredi 11 décembre 2015 à l’hôpital de la Timone.
« Le virtuel renvoie à ce qui existe sans se manifester. Espace sans support mais bien réel, le virtuel vient flouter la démarcation d’avec l’imaginaire, brouiller des codes jusqu’alors bien établis. Les avatars, pseudos et autres versions de soi viennent compléter l’identité, l’image de soi, les relations sociales, de tout un chacun. Vecteur de mutation et de facilitation du lien social (relation et communication) le virtuel est-il un simple outil et miroir de notre société ? » interrogent les organisateurs.
Ces journées sont placées sous l’égide de la Clinique de psychiatrie et de psychologie médicales du Pr C. Lançon et du pôle de psychiatrie, médecine, addictologie en détention et médecine légale du Dr C. Paulet.
Télécharger le programme

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.