Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les troubles musculo-squelettiques sous surveillance

A l'instigation de l'InVS, et en collaboration avec le CHU d'Angers (Docteur Yves Roquelaure), un réseau expérimental de surveillance des troubles musculo-squelettiques d'origine professionnelle (TMS) a été mis en place en Pays de la Loire. Ce réseau a été reconnu comme le modèle de surveillance des problèmes de santé au travail par le Directeur général de la santé.

A l’instigation de l’InVS, et en collaboration avec le CHU d’Angers (Docteur Yves Roquelaure), un réseau expérimental de surveillance des troubles musculo-squelettiques d’origine professionnelle (TMS) a été mis en place en Pays de la Loire. Ce réseau a été reconnu comme le modèle de surveillance des problèmes de santé au travail par le Directeur général de la santé.

Ce réseau apporte des données précises et inédites sur la fréquence des TMS diagnostiqués par les médecins du travail. Celle-ci est considérable puisque près de 13 % des salariés présentent au moins un TMS des membres supérieurs (poignets, coude ou épaule).

Pour la première fois en France, l’ampleur des variations de la prévalence des TMS en fonction du secteur d’activité et de la profession a été montrée. Les secteurs d’activité les plus touchés sont, d’une part, les secteurs industriels, et, d’autre part, l’administration. Les ouvriers non qualifiés de type industriel sont les plus fréquemment atteints de TMS.

Animé par le Docteur Yves Roquelaure, CHU Angers, ce réseau de surveillance épidémiologique en entreprises est opérationnel grâce à la mobilisation importante des médecins du travail des Pays de la Loire. Cette surveillance poursuivie pendant trois années consécutives permet d’affiner la précision des estimations et d’en suivre l’évolution. Une extension de ce réseau à d’autres régions françaises est en préparation.

Pour tout renseignement Docteur Yves Roquelaure – CHU Angers – Service de Médecine E – Pathologies professionnelles : 02 41 35 39 28

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.