Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lille crée l’Institut de Médecine Personnalisée

Dans le cadre du Grand Emprunt, cinq institutions phares lilloises s'associent pour porter la candidature d'un Institut Hospitalo-Universitaire consacré à la Médecine Personnalisée. Il s'agit du CHRU de Lille, de l'Université Lille 2, de l'Institut Pasteur de Lille, du pôle de compétitivité Nutrition Santé Longévité et du Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES) Université Lille Nord de France ; ce dernier étant désigné comme porteur du projet.

Dans le cadre du Grand Emprunt, cinq institutions phares lilloises s’associent pour porter la candidature d’un Institut Hospitalo-Universitaire consacré à la Médecine Personnalisée. Il s’agit du CHRU de Lille, de l’Université Lille 2, de l’Institut Pasteur de Lille, du pôle de compétitivité Nutrition Santé Longévité et du Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) Université Lille Nord de France ; ce dernier étant désigné comme porteur du projet.

Au cours des 10 dernières années, les progrès de la recherche biomédicale dans les domaines de la génomique, de l’imagerie, de la protéomique et de la pharmacogénétique ont progressivement conduit au concept d’une médecine développée au plus près du patient, notamment en cancérologie. Il est aujourd’hui concevable d’adapter les traitements aux profils et aux risques de chaque patient. Cette médecine personnalisée devrait, à terme, révolutionner les approches thérapeutiques. L’efficacité de cette nouvelle approche laisse entrevoir de stimulantes perspectives d’avenir et conduit les partenaires à unir leurs forces pour participer à cette évolution majeure de la médecine.

Placer Lille et la France dans le concert des territoires leaders dans la recherche, l’évaluation et la diffusion de la Médecine Personnalisée « C’est une approche totalement nouvelle des questions de santé qui s’impose progressivement à nous. Notre mission, en tant que Centre Hospitalier Universitaire, est de l’anticiper » indique Didier Delmotte, Directeur Général du Centre Hospitalier Régional
Universitaire de Lille, lieu d’excellence de recherche, de soins et d’enseignement, classé parmi les plus grands sites hospitaliers universitaires d’Europe.

Cet Institut travaillera en priorité sur les maladies dans lesquelles la recherche lilloise est internationalement reconnue au plus haut niveau. « La récente évaluation de l’AERES a identifié la maladie d’Alzheimer, le diabète et les maladies inflammatoires du tube digestif comme des thèmes d’excellence de notre Université » rappelle le Professeur Régis Matran, Vice-Président du Conseil Scientifique de l’Université Lille 2.

« Pour avancer significativement dans ce domaine, nous avons besoin d’une médecine personnalisée fondée sur des preuves. Il faut parallèlement pouvoir s’assurer que ces nouvelles approches puissent bénéficier au plus grand nombre », précise le Professeur Philippe Amouyel, Directeur Général de l’Institut Pasteur de Lille et coordonnateur du volet recherche du Plan Alzheimer.

La médecine personnalisée
Approche de prise en charge diagnostique, thérapeutique ou préventive du patient, la médecine personnalisée s’appuie sur des données génétiques et moléculaires issues d’expertises et analyses génomique, protéomique, métabolomique et également sur des éléments d’observation du comportement du patient (modes d’alimentation, exposition à des facteurs de risque environnementaux) afin adapter la prise en charge à la lumière de l’ensemble des paramètres individuels.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”