Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’INSERM en Guadeloupe

En 1983, la Guadeloupe n'accueillait qu'une antenne INSERM relevant de l'unité de recherche U91 de l'hôpital Henri Mondor. Sous l'impulsion du Dr Guy Mérault, premier responsable local, cette antenne a été transformée en 1992 en unité de recherche autonome. Elle fut ensuite dirigée par le Pr. C. Berchel. Depuis 2000, l'équipe de recherche est rattachée à l'unité 458 de l'hôpital Robert Debré dirigée par le Pr. J. Elion.

En 1983, la Guadeloupe n’accueillait qu’une antenne INSERM relevant de l’unité de recherche U91 de l’hôpital Henri Mondor. Sous l’impulsion du Dr Guy Mérault, premier responsable local, cette antenne a été transformée en 1992 en unité de recherche autonome. Elle fut ensuite dirigée par le Pr. C. Berchel. Depuis 2000, l’équipe de recherche est rattachée à l’unité 458 de l’hôpital Robert Debré dirigée par le Pr. J. Elion.


L’étude de la drépanocytose

L’équipe INSERM s’est particulièrement impliquée dans l’étude d’un problème majeur de santé publique en Guadeloupe : la drépanocytose, pathologie génétique la plus fréquente surtout dans l’arc antillais mais aussi aux Etats-Unis, en Afrique, en Inde, dans certaines régions du bassin méditerranéen et en Europe suite aux récents flux migratoires.

Cette maladie génétique, transmise par les deux parents, est due à une anomalie de l’hémoglobine, transporteur de l’oxygène via le globule rouge. Cette hémoglobine anormale polymérise à faible pression en oxygène, entraînant la déformation ou falciformation du globule rouge. Les globules rouges falciformés sont rapidement détruits, ce qui explique l’anémie du drépanocytaire. Ils vont par ailleurs obstruer les vaisseaux sanguins provoquant les crises douloureuses ou crises vaso-occlusives, principales manifestations de la maladie.


En Guadeloupe : 12% de la population transmet cette anomalie, environ 25 drépanocytaires naissent chaque année et près d’un millier de drépanocytaires sont répertoriés.

Depuis 1984, un dépistage systématique à la naissance initié par l’INSERM est réalisé au Centre caribéen de la Drépanocytose « Guy Mérault », centre créé en 1990 à l’initiative du Conseil général de la Guadeloupe, de la Caisse générale de Sécurité Sociale, du CHU de Pointe-à-Pitre et de l’INSERM. Le centre a également pris en charge un programme global de prise en charge de cette pathologie.

Les axes de recherche
L’objectif est de mieux comprendre la variabilité d’expression de la maladie drépanocytaire : sur le plan clinique, certains individus sont très malades d’autres moins. Quant aux complications, elles peuvent être très différentes et les chercheurs identifient les marqueurs génétiques pouvant prédisposer à une complication ou à une autre.. Un second axe de recherche est consacré au suivi des différentes complications chez les patients. Parmi elles, la vaso-occlusion semble être un mécanisme commun. L’étude des mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans la vaso-occlusion fait l’objet d’un troisième axe de recherche.

Les chercheurs guadeloupéens ont établi des relations scientifiques avec l’Université Antilles Guyane, les autres organismes de recherche implantés localement et les laboratoires de la Caraïbe (Martinique, Trinidad & Tobago, Cuba&). Mme Hardy-Dessources, responsable INSERM Guadeloupe conclut avec fierté : « Par la publication de nos travaux dans des revues scientifiques de haut niveau, nous pouvons confronter nos résultats à ceux de différents groupes de recherche en France et aux Etats-Unis ! »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”