Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’institut de transplantation urologie-néphrologie (ITUN) du CHU de Nantes fête ses 25 ans

Depuis maintenant 25 ans, l'institut de transplantation urologie-néphrologie (ITUN) fédère des cliniciens, des équipes soignantes, des chercheurs, des enseignants chercheurs et des équipes de recherche. Au total plus de 350 personnes forment une chaîne de soins autour des patients souffrant de maladies rénales et des voies urinaires. Au chevet des patients ou au cœur des laboratoires, ils partagent un même but, faire progresser la recherche pour améliorer les traitements. Cette organisation originale, en " institut ", a inspiré d'autres regroupements similaires sur le site de Nantes devenant un réel modèle nantais. Explications...

Depuis maintenant 25 ans, l’institut de transplantation urologie-néphrologie (ITUN) fédère des cliniciens, des équipes soignantes, des chercheurs, des enseignants chercheurs et des équipes de recherche. Au total plus de 350 personnes forment une chaîne de soins autour des patients souffrant de maladies rénales et des voies urinaires. Au chevet des patients ou au cœur des laboratoires, ils partagent un même but, faire progresser la recherche pour améliorer les traitements. Cette organisation originale, en " institut ", a inspiré d’autres regroupements similaires sur le site de Nantes devenant un réel modèle nantais. Explications…
L’institut rassemble donc les services cliniques  de néphrologie et urologie et le centre de recherche en immunologie et  transplantation – CRTI – Inserm U1064,  seul centre Inserm de France dédié à la recherche en immunologie de  transplantation, également affilié à l’Université de Nantes.
L’Institut : regrouper toutes les expertises autour d’une activité complexe
Créé  en 1991 par le Pr Jean-Paul Soulillou sous le nom d’ITERT, l’institut  de transplantation et de recherche en transplantation, est devenu en 2010  l’ITUN, institut de transplantation urologie et néphrologie. Depuis le 1er janvier 2010, l’ITUN est dirigé par le Pr Gilles Blancho qui a succédé au Pr Jean-Paul Soulillou.
Des activités cliniques variées
L’ITUN  regroupe des activités cliniques variées autour de la prise en charge  de l’insuffisance rénale par les diverses techniques de suppléance  (dialyse dans ses diverses composantes) ou de remplacement  (transplantation), et les pathologies des reins et voies urinaires.
Avec  230 transplantations rénales, combinées rein et pancréas et pancréas  isolé dans l’indication du diabète avec ou sans insuffisance rénale  effectuées en 2016 et plus de 5 000 greffes cumulées, l’ITUN se situe  parmi les tous premiers centres européens de transplantation rénale et  pancréatique. 
Le développement de techniques innovantes : une des priorités de l’ITUN
A la pointe du progrès, l’institut réalise les transplantations de donneurs vivants dont ABO incompatibles, les désensibilisations et  transplantations de sujets immunisés, les transplantations à partir de  donneurs décédés après arrêt cardio-circulatoire et à partir de dons  croisés.
Cette organisation particulière génère une dynamique qui a mené à des succès notables dans la politique des investissements d’avenir de l’État, avec notamment la création d’un institut  hospitalo-universitaire prometteur : le Cesti, dédié à l’innovation en  transplantation mais aussi en thérapie cellulaire et thérapie génique.
La  communauté internationale de la transplantation a récemment salué  l’ensemble des travaux du Pr Soulillou en lui attribuant le 22 août dernier, lors de son congrès international à Hong Kong, le prix Medawar  2016. Ce prix prestigieux est reconnu comme la plus haute récompense  dédiée au monde pour contributions exceptionnelles dans le domaine de la transplantation. " Il s’agit d’une magnifique reconnaissance  mondiale des travaux accomplis par Jean-Paul Soulillou et de la  dynamique qu’il a lancée et que nous tachons de poursuivre tous les  jours au bénéfice des patients transplantés et de la recherche " souligne le Pr Blancho.
L’ITUN en chiffres
5  équipes de recherche de l’Université de Nantes regroupées dans le  centre de recherche en transplantation et immunologie labellisé Inserm
2 services cliniques du CHU de Nantes
230 greffes en 2016
92 essais cliniques en cours
80 publications par an
1 146 patients porteurs d’un greffon fonctionnel suivis à l’ITUN

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.