Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’urodynamique : pour lutter contre l’incontinence urinaire

XXVIIème congrès de la SIFUD à Nantes du 2 au 4 juin 2005

L’urodynamique est une technique d’exploration des troubles de la continence et de la miction utilisant des mesures de pressions. Son champ d’investigation est donc l’incontinence urinaire et les difficultés à uriner de la femme, de l’homme, de l’enfant et du patient porteur d’une maladie neurologique.

La SIFUD (Société internationale francophone d’urodynamique), créée à Nantes en 1978 sous l’égide du Professeur d’urologie Jean Marie Buzelin, est une société pluridisciplinaire de plus de 500 membres actifs, à laquelle participe urologues, gynécologues, médecins de rééducation fonctionnelle, neurologues, pédiatres, kinésithérapeutes, sage-femmes, infirmières?

La SIFUD s’est rapidement ouverte sur les pathologies vésico-sphinctériennes de toutes origines puis à l’ensemble des pathologies fonctionnelles du périnée dans les domaines urinaires mais aussi gynécologiques (prolapsus), ano-rectaux (incontinence anale, constipation), sexuels ou dans celui de la douleur pelvi-périnéale.

Le laboratoire d’urodynamique du CHU de Nantes, initialement pionnier dans le développement de cette technique en France, reste un centre de référence impliqué, sous la responsabilité du docteur Loïc Le Normand dans toutes les nouvelles techniques thérapeutiques de l’incontinence urinaire.

Ce XXVIIème congrès de la SIFUD devrait accueillir près de 1000 participants à la Cité des Congrès du 2 au 4 juin prochain. Il sera présidé par le Docteur Jean-Jacques Labat, médecin de rééducation fonctionnelle, neurologue et praticien hospitalier dans le service d’urologie du CHU de Nantes.

Les sessions font appel aux meilleurs experts francophones et les thèmes qui y seront abordés témoignent du caractère multidisciplinaire de la Société : les douleurs pelvi-périnéales chroniques, les troubles urinaires des patients porteurs de paraplégies ou de sclérose en plaques, les cystites récidivantes de la femme, l’hyperactivité vésicale, la place de l’échographie dans la chirurgie de l’incontinence urinaire et la rééducation urinaire et ano-rectale…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.