Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladie d’Alzheimer : une priorité pour l’AP-HP

A l'AP-HP, 22 établissements ont une activité totale ou partielle en gérontologie. Parmi eux, l'hôpital universitaire Paul-Brousse dispose de deux structures complémentaires pour optimiser le diagnostic et la prise en charge des patients présentant des troubles cognitifs : l'Unité Alzheimer et le centre de diagnostic et de traitement de l'Hôpital de jour Alzheimer.

A l’AP-HP, 22 établissements ont une activité totale ou partielle en gérontologie. Parmi eux, l’hôpital universitaire Paul-Brousse dispose de deux structures complémentaires pour optimiser le diagnostic et la prise en charge des patients présentant des troubles cognitifs : l’Unité Alzheimer et le centre de diagnostic et de traitement de l’Hôpital de jour Alzheimer. A ce dispositif s’ajoutera bientôt la création d’un Centre d’Accueil de Jour Alzheimer de Villejuif. Les patients et leur famille bénéficieront ainsi d’une prise en charge adaptée au suivi et à l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

L’Hôpital de Jour Alzheimer, inauguré en janvier 2003 assure les diagnostics précoces des personnes âgées vivant à domicile et présentant des troubles des fonctions intellectuelles. Il permet d’engager un traitement approprié par les nouvelles molécules et complète ainsi l’offre de soins déjà existante en hospitalisation complète de l’unité spécialisée Alzheimer de l’hôpital.

L’Unité spécialisée Alzheimer de 22 lits assure, depuis 1994, l’évaluation globale des patients et procède à une mise au point diagnostique. L’équipe répertorie également les maladies intercurrentes liées à l’âge (problèmes cardiovasculaires, digestifs, ostéo-articulaires&) et détermine les différents traitements nécessaires. La famille est aussi prise en charge dans le cadre d’un véritable programme d’information afin qu’elle poursuive la prise en charge de son parent à domicile dans les meilleures conditions. L’Unité a également pour vocation d’étudier la structure la plus adaptée pour s’occuper ultérieurement du patient (maison de retraite ou soins de longue durée).

Le Centre d’Accueil de Jour Alzheimer à Villejuif
assurera un meilleur maintien à domicile des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer grâce à une évaluation et une prise en charge médico-psycho-sociale, et par un soutien apporté à leur entourage.
Il pourra recevoir une quinzaine de personnes dans la journée, deux à trois fois par semaine. Les malades se verront proposer une rééducation de leurs fonctions intellectuelles et un soutien matériel et psychologique sera apporté aux familles. Enfin des conseils pratiques seront dispensés aux médecins traitants. Il s’agira d’une structure de proximité, parfaitement intégrée en centre ville qui
répondra aux besoins des patients atteints de maladie d’Alzheimer vivant à domicile, à Villejuif ou dans les communes limitrophes.

Ces trois structures – Unité Alzheimer, Hôpital de Jour et Centre d’Accueil de jour – répondent à des besoins très différents de prises en charge des patients atteints de maladie d’Alzheimer. Elles vont intervenir en étroite collaboration avec les autres structures sanitaires et médico-sociales du département et les médecins de ville. Ce projet novateur, le premier de ce type à l’AP-HP, a été défini par l’équipe du Dr Renée Sebag Lanoë de l’hôpital Paul-Brousse et soutenu par le Conseil Général du Val-de-Marne, la ville de Villejuif, l’association Delta 7 et l’Hôpital Universitaire Paul-Brousse.

La maladie d’Alzheimer en France et dans le Val-de-Marne

La maladie d’Alzheimer constitue une pathologie de plus en plus fréquente, du fait du vieillissement de la population. Cette maladie dégénérative du cerveau rend le patient progressivement dépendant d’une tierce personne avec désinsertion de son milieu social.
Le diagnostic précoce et une prise en charge pluridisciplinaire adaptée permettent de retarder l’apparition de la dépendance et d’améliorer la qualité de la vie quotidienne de ces patients et de leur famille.

La population âgée de + 65 ans atteinte de maladie d’Alzheimer, est évaluée à plus de 435 000 personnes en France. Elle atteint environ 10 à 15 % de personnes au-delà de 85 ans. D’ici 2020, ces chiffres auront doublé.
A partir du recensement 1999 de la population du Val-de-Marne, la projection de ces chiffres de
prévalence permet d’estimer le nombre de patients atteints par la maladie d’Alzheimer et les démences apparentées à 10 800 cas. En termes d’incidence, la fréquence augmente de façon exponentielle avec l’âge, de sorte que le nombre de personnes atteintes double tous les 5 ans entre 65 et 85 ans.

En dépit de progrès importants réalisés depuis quelques années, tant dans le domaine du traitement que de la prise en charge, la maladie d’Alzheimer reste encore malheureusement incurable. Les patients atteints ont besoin d’un diagnostic précoce et aussi précis que possible, d’un traitement et d’une prise en charge adaptés à chaque cas et ce, jusqu’à la fin de leur vie. Par ailleurs les familles se trouvent souvent dans des situations difficiles qui nécessitent une aide et un accompagnement. Des lieux de prise en charge spécialisés et des équipes formées à la spécificité de ces malades sont donc indispensables aujourd’hui.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”