Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maman et bébé de retour à la maison à J+2 ou J+3

Aux jeunes mères qui souhaitent retrouver au plus vite le cocon familial, le CHU d'Angers propose un suivi à domicile à partir de la 48ème heure ou de la 72ème heure de vie de leur nouveau-né (H48 ou H72). Depuis le 7 octobre 2013, les patientes de la maternité du CHU qui ont connu une grossesse et un accouchement sans complication...

Aux jeunes mères qui souhaitent retrouver au plus vite le cocon familial, le CHU d’Angers propose un suivi à domicile à partir de la 48ème heure ou de la 72ème heure de vie de leur nouveau-né (H48 ou H72).

Depuis le 7 octobre 2013, les patientes de la maternité du CHU qui ont connu une grossesse et un accouchement sans complication peuvent opter pour un accompagnement à domicile dès les premiers jours de vie de leur enfant. C’est en quelque sorte, la maternité qui se déplace à la maison. A l’image des espaces physiologiques de la maternité du CHU ouverts en 2011 où la mère peut accoucher de manière naturelle, le suivi à domicile après la naissance répond au désir de nombreux couples d’une médicalisation moindre des premiers jours de leur enfant.

Cette possibilité ne se substitue pas au séjour traditionnel, mais vient compléter l’offre de suites de couche. Dans ce cas, le CHU d’Angers se déplace à domicile et programme les visites de sages-femmes de la maternité dès le lendemain ou surlendemain de la sortie. Le suivi à domicile suppose aussi une collaboration étroite entre le CHU et le secteur libéral (médecins traitants, pédiatres et sages-femmes) afin d’assurer une continuité sécurisée de la prise en charge après l’accouchement
Pour bénéficier du suivi à domicile, plusieurs conditions sont requises : l’adhésion des parents à la démarche, la bonne santé de la mère et du bébé, l’absence de risque social, médical ou psychologique au sein de la famille.
Le suivi à domicile recommandé par les autorités de santé
"La Haute autorité de santé et les textes européens encouragent le suivi à domicile qui contribue à réduire la durée du séjour dans les établissements hospitaliers" précisent le Dr Philippe Gillard, Chef de la Fédération de gynécologie – obstétrique du CHU d’Angers et le Pr. Loïc Sentilhes, responsable du secteur obstétrical et de la médecine foetale.
Avec plus de 4 000 naissances par an, la maternité du CHU d’Angers est l’une des plus importantes maternités publiques de France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.