Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mort subite du nourrisson : un body pour rappeler le bon geste

Les nouveau-nés des maternités du CHU-Hôpitaux de Rouen, du Belvédère et de la Clinique Mathilde recevront un body encourageant le couchage sur le dos. 5 000 sous vêtements seront distribués en 2016 pour prévenir ce syndrome inattendu et inexpliqué qui terrifie les parents. La campagne originale "Je dors sur le dos, je jouerai sur le ventre" a été financée à hauteur de 14 000 € par les mélomanes rouennais qui ont assisté au concert organisé en juin dernier à la cathédrale par le Rotary Rouen Collines.
Les nouveau-nés des maternités du CHU-Hôpitaux de Rouen, du Belvédère et de la Clinique Mathilde recevront un body encourageant le couchage sur le dos. 5 000 sous vêtements seront distribués en 2016 pour prévenir ce syndrome inattendu et inexpliqué qui terrifie les parents. La campagne originale "Je dors sur le dos, je jouerai sur le ventre" a été financée à hauteur de 14 000 € par les mélomanes rouennais qui ont assisté au concert organisé en juin dernier à la cathédrale par le Rotary Rouen Collines.
Parfois, des enfants entre 0 à 6 mois, décèdent dans leur sommeil, sans raison apparente : ce phénomène, encore inexpliqué, est appelé mort subite du nourrisson. En 1991, s’est crée une société européenne dédiée à l’étude et à la prévention de la mort subite du nourrisson, dirigée par le Pr Eric Mallet, alors chef du service de pédiatrie du CHU-Hôpitaux de Rouen. Rapidement, elle a identifié les facteurs de risque et a constaté que les morts étaient plus fréquentes lorsque les bébés étaient couchés sur le ventre. Après une grande campagne de communication préconisant le couchage sur le dos, le nombre de victimes a chuté de façon très importante.
1ère cause de décès des tout-petits âgés entre 1 mois et 1 an, la mort subite du nourrisson (MSN) frappe moins d’un bébé sur 1 000 et ce nombre est en diminution. Pour que cette baisse se poursuive, il est essentiel d’apprendre les bons gestes aux parents et de répéter les conseils de prévention en menant des campagnes  qui sauront convaincre et séduire les familles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.