Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Naissance de la Clinique Universitaire du Cancer : une synergie unique

A Toulouse, la signature de l'acte de naissance de la Clinique Universitaire du Cancer s'est déroulée jeudi 16 février, en présence de Philippe Douste-Blazy, Ministre des Affaires Etrangères, Président de la Communauté d'Agglomération du Grand Toulouse, Annie Podeur, Directrice de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins, représentant M. Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et André VIAU, Préfet de Région Midi-Pyrénées. Transcendant les clivages traditionnels publics/privés et cliniciens/chercheurs, cet ensemble hospitalier innovant est porteur d'espoir dans la prise en charge qualitative de la maladie pour le plus grand bénéfice des patients.

A Toulouse, la signature de l’acte de naissance de la Clinique Universitaire du Cancer s’est déroulée jeudi 16 février, en présence de Philippe Douste-Blazy, Ministre des Affaires Etrangères, Président de la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse, Annie Podeur, Directrice de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins, représentant M. Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et André VIAU, Préfet de Région Midi-Pyrénées. Transcendant les clivages traditionnels publics/privés et cliniciens/chercheurs, cet ensemble hospitalier innovant est porteur d’espoir dans la prise en charge qualitative de la maladie pour le plus grand bénéfice des patients.

Un projet fédérateur
Fruit d’une union entre les acteurs régionaux de soins en cancérologie publics et privés, la clinique universitaire du Cancer est la première née des structures qui composeront le futur Cancéropôle toulousain. Ses fondations reposent sur les principes juridiques et éthiques d’une charte* co-signée par les nombreux partenaires du projet : l’Institut Claudius Regaud, le CHU de Toulouse, les établissements de santé privés, le centre de radiothérapie et professionnels libéraux en oncologie de la région réunis en Groupement de Coopération sanitaire et par les 20 hôpitaux généraux de Midi-pyrénées réunis également en Groupement de coopération sanitaire, le réseau régional de Cancérologie ONCOMIP et l’Etablissement Français du Sang. Cette organisation unique en France, née à Toulouse, marque une avancée essentielle en matière de lutte contre le cancer.

Implanté sur l’ancien site d’AZF de Langlade, l’établissement se définit à la fois hôpital du Cancéropôle de Toulouse et comme un centre de recherche et de soins dédié à la lutte contre le cancer.

Pour raccourcir les délais entre la recherche et les applications cliniques et réduire l’inégalité d’accès aux nouveaux traitements, tous les moyens ont été mis en commun. Les compétences des chercheurs et des médecins exerçant dans les secteurs privé et public ont été regroupées autour des patients. Ainsi, on retrouvera sur le même site les unités d’hospitalisation, une unité de recherche clinique, des plates-formes innovantes diagnostiques et thérapeutiques et un espace régional du Cancer dédié à la formation et à l’information des patients et de leur famille.
Dans cet ensemble hospitalier novateur, le patient pourra bénéficier des innovations thérapeutiques appropriées à sa pathologie et d’une prise en charge pluridisciplinaire élargie (radiothérapeutes, oncologues, chirurgiens, …).

Le projet médical de la Clinique Universitaire du Cancer prévoit la délocalisation de l’Institut Claudius Regaud et l’implantation de plusieurs services du CHU de Toulouse. Au total, 1 200 professionnels de santé viendront travailler dans ce nouvel établissement à taille humaine de 60 000 m² comprenant de 312 lits et places. L’opération estimée à 300 millions d’euros bénéficie d’un financement national.

Calendrier du projet
– juillet 2007 : choix de l’équipe de conception du bâtiment
– mars 2008 : fin de la dépollution du terrain d’assiette de la « Clinique Universitaire du Cancer »
– septembre 2008 : début des travaux de construction
– fin 2011 : fin des travaux de construction

Extraits de la charte d’engagement de la « Clinique Universitaire du Cancer »

– La « Clinique Universitaire du Cancer » est conçue et réalisée de manière à préfigurer les centres intégrés d’excellence en oncologie à rayonnement national et international ;

A cet effet,

– La « Clinique Universitaire du Cancer » est dédiée à la cancérologie ;

– Une priorité absolue est accordée à l’innovation et à la recherche ;

– Un continuum est assuré sur le site entre la clinique, la recherche fondamentale et de transfert et l’innovation ;

– La « Clinique Universitaire du Cancer » doit apporter une valeur ajoutée à l’existant et n’a pas vocation à modifier l’architecture de l’offre de soins régionale et interrégionale;

– La prise en charge des patients reposera sur une organisation collaborative par des équipes en synergie sans référence explicite à un établissement ou à une discipline ;

– L’organisation mise en place au sein de la « Clinique Universitaire du Cancer » doit respecter les principes fondamentaux du service public hospitalier et en particulier le principe d’égalité et de neutralité financière à l’égard des patients et le principe de libre choix du patient ;

– Les plates-formes technologiques de diagnostic et de traitements articulées avec la plate-forme recherche sont accessibles à l’ensemble des partenaires suivant les projets poursuivis : il s’agit de permettre aux partenaires d’accéder à des ressources mises en commun dont aucun des acteurs isolément ne pourrait bénéficier ;

– La « Clinique Universitaire du Cancer » a vocation à former aux nouveaux métiers de la cancérologie ;

– La conception des plates-formes technologiques et la gouvernance de la « Clinique Universitaire du Cancer » devront intégrer la nécessaire évolutivité du projet d’innovation et de recherche. »

Pour en savoir plus le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”