Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Olivier Véran annonce le financement de 45 nouveaux projets de recherche sur le COVID-19 pour 22 millions d’euros

Pour accompagner l’effort inédit des équipes françaises, le ministère des Solidarités et de la Santé soutient la recherche appliquée sur le Coronavirus COVID-19 en la finançant à travers des appels à projets et en mettant en place des procédures accélérées d’autorisation. Il encourage aussi les Français à participer à ces études.

Pour accompagner l’effort inédit des équipes françaises, le ministère des Solidarités et de la Santé soutient la recherche appliquée sur le Coronavirus COVID-19 en la finançant à travers des appels à projets et en mettant en place des procédures accélérées d’autorisation. Il encourage aussi les Français à participer à ces études.
Le 25 mars dernier, une première vague de sélection a donné lieu au financement en urgence de 11 projets de recherche appliquée sur le COVID-19. Face aux nombreuses questions de santé soulevées par ce virus, le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une deuxième vague de sélection. Sur l’ensemble des 141 projets examinés en seconde vague, le jury a identifié 45 projets de recherche d’intérêt majeur pour un financement par le ministère des Solidarités et de la Santé.

Des projets de recherche appliquée d’intérêt immédiat

Parmi ces 45 projets, la majorité sont de nouveaux projets de recherche appliquée en santé d’intérêt immédiat tandis que d’autres sont des projets permettant d’obtenir des données importantes pour la gestion de la phase post-aigüe de la crise. Ces nouveaux projets de recherche couvrent à la fois la médecine en établissements (établissements de santé ou établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, EHPAD) et la médecine de ville. Ils s’attachent notamment à la mise en place de nouveaux traitements mais aussi au suivi de populations spécifiques souffrant de maladies chroniques ou dans des situations précaires, à l’étude de nouvelles organisations des soins ou encore au suivi de l’évolution de l’épidémie.

Un financement sous conditions de suivi

Une nouvelle enveloppe d’autorisations d’engagement à haute maximale de 22 millions d’euros vient ainsi abonder l’enveloppe initiale de 9 millions d’euros, avec un financement sous conditions de suivi. En effet compte-tenu de l’évolution rapide des connaissances, le ministère des Solidarités et de la Santé sera attentif dans la politique de financement au déroulement effectif de ces projets de recherche et au respect des recommandations des autorités sanitaires. Par ailleurs, un travail de rapprochement de certains projets similaires est attendu. Ces recherches revêtent un enjeu national et même international qui force à la collaboration. Cela a été souligné par le jury.
« L’effort des équipes de soins et de recherche depuis le début de la crise est remarquable. Il faut aussi saluer les Français qui ont déjà contribué à la recherche sur le COVID-19 en acceptant de participer aux études. Toutes ces études sont menées dans le respect de l’éthique et de la sécurité des personnes. Les patients Français sont encouragés à continuer de prendre part à cette dynamique si une étude leur est proposée. Ces travaux sont indispensables à la compréhension de la maladie, à sa prévention et à sa prise en charge», souligne le ministre des Solidarités et de la Santé. 
Découvrir les 45 projets retenus

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.