Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Opération pilote «Hôpital sans accident de la route»

Au CHU d'Amiens-Picardie, la prévention des accidents de la route fait l'objet d'une initiative originale : une charte de partenariat "sécurité routière" a été signée le 14 septembre 2007 avec l'Etat et la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales, en présence de Mme Cécile PETIT, Déléguée Interministérielle à la Sécurité Routière.

Au CHU d’Amiens-Picardie, la prévention des accidents de la route fait l’objet d’une initiative originale : une charte de partenariat « sécurité routière » a été signée le 14 septembre 2007 avec l’Etat et la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales, en présence de Mme Cécile PETIT, Déléguée Interministérielle à la Sécurité Routière.

Première cause d’accidents mortels liés au travail, les accidents de la route sont reconnus comme un risque professionnel majeur qui requiert des actions de prévention spécifiques. Par sa qualité d’employeur de plus de 6 000 personnes et ses missions d’urgences et de soins, le CHU d’Amiens-Picardie est doublement concerné. En 2006, 50 accidents de trajet ont été déclarés par le personnel hospitalier dont plus de la moitié ont été suivis de 1 448 jours d’arrêt maladie. Quant aux urgences du CHU une part non négligeable des 85 700 passages est attribuée aux victimes de la route.

Acteur de premier plan en éducation à la santé, le CHU a lancé dès 2003 un plan de prévention du risque routier encouru par ses personnels à la fois pour les accidents de mission et pour les accidents de trajet domicile-travail.
Parmi les actions phares on retiendra : le contrôle des vitesses moyennes sur les quatre sites du CHU, effectué par une entreprise extérieure (2003), des stages de sensibilisation à la conduite préventive ou difficile, la création d’un groupe de travail « risque routier » chargé de concevoir le plan de prévention du risque routier (2006).
Aujourd’hui la réflexion menée est plus globale, elle porte sur le management des déplacements avec une volonté de les réduire et de privilégier les itinéraires les plus sûrs, la gestion du parc de véhicules avec la possibilité d’utiliser des limitateurs de vitesse, la restriction de l’usage des téléphones portables aux seules urgences, une communication soutenue auprès des usagers…

Pour en savoir plus consulter la charte

La Picardie, région pilote
Le CHU d’Amiens servira de modèle aux futurs partenariats entre établissements hospitaliers et acteurs institutionnels de la prévention du risque routier. La charte décline le risque routier dans ses aspects traditionnels : risque « mission », risque « trajet domicile/travail » et vise plus spécifiquement le rôle des établissements de santé dans la politique de prévention : sensibilisation des usagers, accueil des victimes des accidents de la route et de leurs familles.

Les signataires
– l’Etat, représenté par Henri Michel COMET,préfet de la Région Picardie et de la Somme,
-la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales représentée par Daniel Rau, Directeur de la solidarité et des risques professionnels,
– le CHU d’Amiens-Picardie : Philippe Domy, Directeur Général.

Les accidents de la route en France : un drame humain et un coût pour la nation
En 2005, la CNAMTS a enregistré 22 292 accidents de la route liés au travail. Ces accidents sont à l’origine de 1 497 418 journées de travail perdues. La durée moyenne d’un arrêt de travail pour incapacité temporaire s’établit à 67 jours (contre une moyenne de 48 jours pour l’ensemble des accidents du travail). Les accidents routiers du travail représentent environ 3% des accidents du travail toutes causes confondues, mais 28% des accidents mortels.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.