Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pédiatrie spécialisée en Ile de France : les recommandations du jury d’experts

La pédiatrie de l'AP-HP est aujourd'hui réalisée pour l'essentiel en Ile-de-France sur 4 sites dédiés ou à forte orientation pédiatrique : Armand Trousseau (12ème), Necker (15ème) - prochainement rejoint par les services de Saint Vincent de Paul (14ème), Bicêtre, (94), Robert Debré (19ème), et sur 5 sites adultes : Ambroise Paré (92), Antoine Béclère (92), Louis Mourier (92). Jean Verdier (93), Raymond Poincaré (92).

La pédiatrie de l’AP-HP est aujourd’hui réalisée pour l’essentiel en Ile-de-France sur 4 sites dédiés ou à forte orientation pédiatrique : Armand Trousseau (12ème), Necker (15ème) – prochainement rejoint par les services de Saint Vincent de Paul (14ème), Bicêtre, (94), Robert Debré (19ème), et sur 5 sites adultes : Ambroise Paré (92), Antoine Béclère (92), Louis Mourier (92). Jean Verdier (93), Raymond Poincaré (92).

Dans le cadre du plan stratégique de l’AP-HP préparé depuis 2 ans par l’institution avec les communautés médicales, et qui a fait l’objet d’une concertation élargie à l’ensemble des parties prenantes, la réflexion a conduit à distinguer l’organisation de la prise en charge en pédiatrie générale et en pédiatrie spécialisée. L’évolution de la démographie médicale et para médicale, comme celle des modes de prise en charge, font en effet obligation à l’AP-HP, pour assurer sa mission de service public, d’offrir une répartition plus harmonieuse des compétences et des ressources en regard des besoins de la population.

C’est pourquoi les orientations du Conseil exécutif de l’AP-HP se sont tournées vers le regroupement des activités de pédiatrie spécialisée (cardiologie, chirurgie cardiaque, chirurgie maxillo faciale, chirurgie orl, chirurgie orthopédique, chirurgie viscérale, endocrinologie, gastro enterologie, onco-hématologie, néphrologie, neurochirurgie neurologie, pneumologie, prise en charge des brûlés, réanimation pédiatrique) sur 3 sites au lieu de 4.

Ces orientations ont suscité des inquiétudes qui ont conduit l’AP-HP à réunir un jury d’experts indépendants chargé d’examiner les différents scénarios d’évolution et d’ auditionner les projets des équipes hospitalières concernées par la pédiatrie spécialisée: Bicêtre, Necker, Raymond-Poincaré, Robert Debré, Trousseau.

Réuni ces 18 et 19 juin, le jury a émis, au terme de débats libres, constructifs et sereins, les recommandations suivantes :
Regroupement à Robert Debré, des activités spécialisées de néphrologie et de gastro entérologie de Trousseau afin qu’elles bénéficient de tailles suffisantes pour être encore plus performantes sur le plan de la prise en charge et de la recherche
Transfert vers Necker du Centre des enfants brûlés sous réserve de l’organisation de l’activité de chirurgie plastique et reconstructrice et de la création d’ une structure de recherche.
Renforcement à Bicêtre des spécialités de neuro-pédiatrie rejointes par celles de Trousseau.
S’agissant de l’onco-hématologie, le jury préconise le maintien de 2 sites d’accueil à l’AP-HP: soit à Robert Debré et Trousseau et soit à Robert Debré et Necker.

En toutes hypothèses, l’hôpital Trousseau – dont la fermeture n’a jamais été évoquée notamment en raison de sa vocation de centre de référence en périnatalogie et de centre d’accueil des urgences pédiatriques pour les patients de l’est parisien – verra ses activités de pédiatrie générale renforcées. La chirurgie viscérale et orthopédique (hors neuro-orthopédie), la réanimation, la génétique, la biologie et l’imagerie seront maintenues sur le site.

Par ailleurs, un pôle d’excellence constitué des spécialités ORL, chirurgie stomatologique et maxillo-faciale et pneumologie, déjà présentes sur le site, sera conforté et les synergies déjà développées entre ces équipes seront renforcées.

Les recommandations du jury vont maintenant être ré-examinées par le Conseil exécutif du 29 juin, puis avec les communautés médicales concernées ainsi qu’avec les instances centrales, avant d’être soumises au Directoire de l’AP-HP.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”